Un an après l’apparition des I.A. génératives, quel impact sur la com’ digitale ?

Par Élodie C. le 15/06/2023

Temps de lecture : 19 min

Un peu, beaucoup, passionnément.

À quoi reconnait-on une révolution technologique/industrielle ? Sans doute – en partie – à son adoption fulgurante, tous secteurs confondus. Quand 2022 bruissait des opportunités promises par le web3 et ses metaverses, et que les Lions s’apprêtaient à lui ouvrir les bras de ses conférences, workshops, et expériences les pieds dans l’eau, ChatGPT et les IA génératives sont venues remettre les pendules à l’heure en quelques chiffres : 200 millions. C’est le nombre d’utilisateurs atteint par l’outil d’OpenAI en 5 mois à peine, offrant au robot conversationnel la croissance la plus rapide de tous les temps. 29 milliards de dollars, la valeur OpenAI après le lancement de ChatGPT. 570 Go de texte, le poids de ses données d’entraînement (en version 3.5, le poids pour la version 4 étant secret).

Et il ne s’agit là “que” de ChatGPT, alors que nous nous familiarisons également avec d’autres IA du même type : Midjourney, Dall-E, Bard (Google), Stable Diffusion ou Adobe Firefly pour générer images, photos, vidéos et dont l’évolution, en quelques mois à peine, est déjà impressionnante. Avec un tel champ des possibles à même de bousculer la création, le secteur publicitaire ne pouvait jouer l’indifférent. C’est un enjeu stratégique pour les marques et les agences qui les accompagnent. Certaines ont déjà déployé leur offre boostée à l’IA générative (Dix Sept Paris avec ALIA pour les marques de luxe, Ogilvy avec IA Labs ou encore WNP Studio et Wunderman Thompson), la grande majorité utilise désormais ces outils dans leur quotidien professionnel. 

Les IA génératives sont-elles les game changers tant attendus ou le ver dans le fruit ? Quels impacts ont-elles déjà en agence ? Pour quelles utilisations et quel futur ? Agences digitales, AI explorer, éditeur et ad tech nous répondent.

Deep Impact ? 

En 2016, lorsque Lee Sedol est battu au jeu de go par une IA, l’information fait les gros titres de la presse et seuls quelques spécialistes s’en émeuvent. On salue la performance, s’interroge sur les risques futurs, mais les intelligences artificielles, si elles s’offrent une percée dans l’espace public, ne sont pas encore véritablement appréhendées par le commun des mortels, et leur potentiel reste encore primaire. Face aux premiers émois, le vaincu l’affirme, « C’est moi, Lee Sedol, qvidéoui a perdu, mais pas l’humanité ». Pourtant, cette victoire donne du grain à moudre à ceux qui nous prédisent alors un avenir à la Skynet. Laurent Alexandre alertait (déjà) sur le fait qu’aucune activité humaine – ou presque – ne résisterait à l’intelligence artificielle.  Sept ans plus tard, le co-fondateur de Doctissimo est presque devenu prophète en son pays. Qui aujourd’hui pour lui opposer cette déferlante ?

ChatGPT a généré un “électrochoc psychologique chez tout le monde”, constate Gilles Babinet, entrepreneur et co-président du Conseil National du Numérique (CNNum), “et a permis à un certain nombre de personnes de comprendre ce qu’étaient les IA génératives.” Face à cette “intention généralisée”, les agences ripostent, à l’instar de WPP, plus grand réseau d’agences de publicité au monde, dont le partenariat avec NVIDIA doit accoucher d’un moteur de contenu publicitaire génératif exploitant Nvidia Omniverse et l’intelligence artificielle. L’industrialisation commence.

La question se pose alors, les I.A. génératives ont-elles déjà changé la façon de trouver ou produire des idées au sein des agences ? La réponse est quasi unanime, comme le résume Max Vedel, co-fondateur et creative director de l’agence Swipe Back : “Les IA génératives visuelles ont déjà un impact significatif dans le process de création en agence. Elles aident à se projeter plus facilement, itérer, s’inspirer, maquetter, storyboarder, a des volumes et vitesses impensables il y a seulement un an. Quant aux IA textuelles type ChatGPT, elles viennent aider littéralement tous les postes de travail pour simplifier certaines tâches redondantes (mail, traduction, data, textes descriptifs).” 

À cela, Gilles Guerraz, réalisateur de publicités et AI explorer aux manettes de la newsletter Generative, ajoute : “Sur le plan de la productivité, nous avons l’exemple éloquent de l’agence 10days à Londres qui se vantait dès septembre 2022 de pouvoir « créer 24 mises en page dans le temps qu’il faut à leur directeur artistique pour prendre sa première gorgée de café ». C’était avec Midjourney v3 à l’époque et ça ne devait pas être joli joli, mais le cadre était posé : en élargissant le champ des possibles de manière inédite tout en stimulant la productivité de manière phénoménale, l’IA générative propose un changement de paradigme comparable à celui de l’arrivée du micro ordinateur dans les entreprises.” Rien de moins. 

Ces technologies sont un formidable transformateur/accélérateur de process et offre un gain de temps considérable. Pour Vidhya Srinivasan, vice-présidente et directrice général Search Ads et Ads de Google Experiences, “elles ont le pouvoir d’apporter un supplément créatif tout en permettant aux annonceurs de garder le contrôle.

Attention toutefois, “l’IA est un outil et ne vient clairement pas se substituer à la création et stratégie humaine, elle vient enrichir les possibilités et optimiser le processus de travail, nuance Max Vedel. Les résultats sont d’ailleurs rarement utilisables en production : pas de fichiers sources, pas de 3D, pas de calques, etc.” En effet, tous s’accordent à dire que ces IA ne génèrent pas encore d’idées vraiment exploitables, même si elles nourrissent les créatifs et ouvrent des portes, elles n’en restent pas moins encore imprécises. 

Les IA génératives ont indéniablement modifié la manière de produire, surtout dans des phases de conception, c’est une aide intéressante, mais elles restent limitées et ne remplacent pas les concepteur-rédacteurs par exemple, précise David Raichman, ECD chez Ogilvy. Sur les idées, c’est le produit créatif qui peut être impacté, mais pas dans le même sens : c’est le débat généré par les IA et leurs possibilités qui peuvent nourrir les agences pour créer des campagnes un peu différentes. Comme La Laitière ou plus récemment avec La Croix Rouge sur les problématiques éthiques de l’usage de l’IA, notamment avec les fake news.” 

Chez Brainsonic on “joue la carte à fond” dans une logique de déploiement à l’échelle, et ce, afin de “forcer” le changement, explique Mathieu Crucq, directeur général de Brainsonic (dont le compte Twitter est dédié à l’I.A.). Après plus d’un an d’utilisation, 100% des équipes créatives utilisent Midjourney : “L’outil est entré dans les routines professionnelles de tout le monde, il redéfinit la manière d’obtenir des idées et de les déployer, et permet aux équipes, notamment social media, de s’autonomiser en lançant des tests alors qu’elles devaient briefer un créa auparavant. Avec ChatGPT et Bard de Google, elles peuvent affiner leurs idées avec des pré-prompts, ce qui permet d’exécuter des tâches de manière quasi industrielle, avec tout de même une équipe de contrôle derrière.”  

Je n’avais jamais vu une innovation déferler aussi vite dans notre métier”, s’étonne encore Vincent Druguet, CEO de Wunderman Thompson France. Il faut reconnaitre que cette technologie est absolument fascinante. L’IA touche tous les processus dans nos 5 grands métiers – pub, contenu & social, expériences digitales, CRM et le e-commerce.” L’agence intègre de plus en plus d’IA dans les idées, comme lors du dernier Festival de Cannes (vous savez, celui des films, pas celui des Lions), pour la création de cocktAIls pour une marque d’alcool, via un duo entre ChatGPT, nourris avec divers scripts de films, et un bartender.

Chez Artefact, certaines idées ont également émergé grâce à l’IA, en ce qu’elle génère du contenu nouveau, notamment “des expériences plus interactives et qui, jusqu’ici, auraient été des casse-tête très couteux à produire”, concède Leïla Achour, directrice new business de Artefact 3000. L’agence est même allée jusqu’à confronter ChatGPT à ses créatifs pour observer si l’IA pouvait faire égal à égal avec les créatifs (bilan à lire ici). “ChatGPT trouve des débuts d’idée, des pistes, pas inintéressantes et même assez justes, mais cela ne va pas assez loin, elles sont moins abouties que celles des créatifs, explique Leïla Achour. En revanche, cela nous pousse à faire le pas de côté, un saut plus grand que les premières idées trouvées.

Un constat partagé par Gilles Guerraz qui a gagné une compétition grâce à ChatGPT. Contacté par une société de production pour un projet de publicité digitale en direct avec un client, donc sans agence, il est sollicité pour la partie créa. Il nous livre cette anecdote : “Le sujet touchait à un sujet métier avec lequel je n’ai pas particulièrement d’expertise. Je peinais à trouver des idées impactantes, alors j’ai formaté le brief pour le donner à chatGPT-4. Il m’a produit une dizaine d’idées dont 8 étaient à jeter à la poubelle. Une était juste correcte et la dernière était vraiment intéressante. C’est cette idée que j’ai développée (à la main pour le coup). Je l’ai proposée et c’est elle qui a été retenue par le client. Je ne sais pas si j’aurais gagné la compète sans l’aide de ChatGPT, mais je suis certain que je n’aurais pas eu cette idée.” Le fameux pas de côté ou supplément créatif évoqué précédemment.

Si les IA génératives ne remplacent pas encore les idées, se substitueront-elles à certains métiers ? Dans nos échanges, Wunderman Thompson et Artefact 3000 semblaient expliquer que ces outils génératifs permettaient de se passer de roughman (qui esquisse les premières intentions/instructions) pour la conception de storyboard, la modélisation d’idées pour les recommandations clients et la recherche d’images.

Leïla Achour d’Artefact 3000 nuance cependant : “On parle d’humain augmenté plutôt que remplacé. Sauf peut-être le roughman, même si nous ne l’avons pas totalement supprimé, notamment pour des demandes très précises. En production vidéo spécifiquement pour les pré-test de campagne, où il faut être exigeant sur chaque vignette, il est plus simple et rapide d’échanger avec un roughman plutôt qu’avec Midjourney. Surtout en PPM (Pre Production Meeting, NDLR), lorsque l’on doit présenter un découpage au client, le roughman reste l’option la plus juste et pertinente. En revanche, pour des présentations créatives, etc., à date, nous travaillons quasi exclusivement avec Midjourney.”

Un village résiste pourtant encore à ce tsunami d’IA générative, Datagix. Datagif pardon. Gaëtan Duchateau, co-fondateur et directeur des projets de l’agence, concède être en mode R&D : “Nous observons attentivement l’impact de l’IA sur notre manière de travailler et ce que cela pourra apporter à nos clients. Notre méthode de travail a pour le moment, peu changée, si on garde à la marge les facilités de retouche proposées par Photoshop par exemple. Et on n’a pas envie de faire écrire nos recos par ChatGPT. Donc concrètement, encore beaucoup de questions et peu d’applications immédiates nous concernant.” 

L’agence laisse la porte ouverte et dit creuser, depuis quelque temps, la génération autonome de vidéos en motion design. “On a testé dans le courant de l’année dernière une idée : créer de bout en bout une animation pour communiquer des chiffres et les poster tout seul. (…) Quand on montre cela à nos clients, ils pensent que c’est trop loin pour eux, que c’est le futur… mais en réalité, le futur, c’est maintenant ! C’est dès à présent qu’il faudrait que davantage de marques maîtrisent l’aspect génératif, pour, dans un second temps, apporter une surcouche d’IA.” 

S’il fallait encore un peu plus nuancer l’enthousiasme ambiant, l’effet waouh se fait attendre du côté d’Ogilvy. David Raichman qui vient de réaliser le dernier clip de Mass Hysteria avec 6 IA différentes, n’a noté aucune utilisation “vraiment incroyable”, la technologie étant encore très balbutiante.

De Google à Adobe, l’industrie est en train de standardiser l’usage des IA. Arrivé tard sur le marché, Firefly d’Adobe (toujours en beta) n’en démocratise pas moins l’IA générative en simplifiant son utilisation au plus grand monde depuis Photoshop. Bonus, et non des moindres (cf au Japon), l’outil d’Adobe répond à un grand enjeu de l’industrie soulevé par l’arrivée de ces IA, le copyright et la désinformation. La content authenticity initiative est une technologie open source réunissant une centaine de partenaires et qui permet de contrôler une image et la façon dont elle a été créée grâce aux métadonnées qui y sont rattachées.

Pour s’assurer que les agences, les créatifs et les entreprises utilisent les IA génératives, nous devons trouver une solution pour que les générées puissent être utilisées sans problème de copyright derrière”, rappelle Rufus Deuchler, directeur et worldwide creative cloud evangelism chez Adobe. “Toutes les images utilisées pour entrainer notre système sont toutes libres de droit (contenus sous licence, Adobe Stock et images tombées dans le domaine public notamment). Le contenu créé avec Firefly et Photoshop est sans danger pour une utilisation commerciale. Quelle que soit votre requête, vous ne risquez pas de voir apparaître Mickey Mouse dans un champ de blé. Firefly ne comprendra pas ce qu’est Mickey Mouse ou toute autre marque”. 

Utilisations et adoption

Sans adoption, l’innovation n’est rien. Des Google Glass, aux casques VR Oculus aux récents NFTs et metaverses, c’est l’adoption massive (par ses usages) d’une innovation technologique qui en assure sa pérennité, sa croissance et son évolution. 

Ainsi, pour Marc Horgues, co-fondateur et ECD OKCC Labs, ce qui change vraiment la donne est souvent moins visible : “L’intégration de l’IA dans des outils du quotidien fait vraiment évoluer les usages en profondeur. Photoshop et sa dernière mise à jour en sont les meilleurs exemples, mais nombreux sont les logiciels qui proposent de l’IA pour assister les tâches quotidiennes, de Notion à Figma. C’est cette capacité à infiltrer de façon fluide et naturelle nos outils quotidiens qui va rendre l’IA omniprésente et indispensable dans les années à venir.” Du côté de OKCC Labs, si on utilise quotidiennement ChatGPT et MidJourney, on dit regarder avec attention l’évolution rapide des autres solutions d’IA générative, notamment sur la création d’objets 3D et la retouche vidéo : “Combinées ensemble, ces solutions permettent d’attendre une rapidité de production et une flexibilité qui permet de concurrencer des acteurs plus importants.” 

Cette intégration est déjà visible chez Seedtag, l’adtech a lancé “la première IA générative de l’industrie, proposant des créations dynamiques et contextuelles”. “Nous avons intégré notre technologie, Liz, à des plateformes d’IA générative pour offrir aux marques et aux agences des créations contextuelles qui s’intègrent parfaitement au contexte de la page web sur laquelle elles seront affichées, les aidant ainsi à gagner la bataille de l’attention et à obtenir de meilleurs résultats”, explique ainsi Clarisse Madern, country manager chez l’adtech. “Cependant, nous ne laissons pas tout à l’IA générative, l’équipe de design de Seedtag supervise chaque création générée par l’IA avant de la présenter aux annonceurs.

Côté agences, cette intégration s’observe à différents niveaux : 

– Dans les processus évidemment : “100% (et le chiffre n’est pas exagéré) de la créa aujourd’hui utilise Midjourney à plusieurs niveaux du process et, pour de nombreuses réalisations, assure Mathieu Crucq (Brainsonic). Nous estimons de 50% à 75% le gain de productivité. Les « résultats » de l’AI ne sont pas exploités de manière brute, il y a souvent 15 à 20% d’éditing, mais le temps gagné est pharaonique.” ;

– la formation des équipes en interne ; 

– l’accompagnement des clients – comme chez Wunderman Thompson avec des IA days (tester, imaginer des use case, etc.) – concourant à une structuration de l’offre des agences. 

Ogilvy a lancé IA Labs “pour aiguiller nos clients (sur de la création et des problématiques de marques) à mesure que la technologie avance, les aider à comprendre ce qui se passe, explique David Raichman. C’est l’occasion pour l’agence de poursuivre la dynamique entreprise au sein du reseau Ogilvy et WPP qui a une vraie vision et croyance que c’est un game changer dans l’industrie créative.” 

Wunderman Thompson quant à elle peut compter sur son “Brand Guardian”, une IA générative propriétaire qui vérifie les assets des clients en temps réel (réseaux sociaux, site) pour scorer les images et logos, les standards de diversité et d’inclusion, mais aussi vérifier la validité des droits d’une campagne et d’un contenu pour prévenir l’agence avant échéance des droits (WNP Studio développe un outil similaire). “Le ROI, surtout dans l’industrie réglementaire, c’est 75% de temps passé en moins, ça se plug aux DAM du client, le contenu n’est pas publié s’il ne passe pas par le Brand Guardian”.

Du côté des plateformes, l’intégration de l’IA n’est pas nouvelle, notamment chez Adobe où elle est présente depuis plus de 10 ans. Mais avant Generative Fill, Content aware permettait “seulement” de sélectionner une zone contenant un élément indésirable et de le supprimer. L’IA regardait des parts d’images et remplissait l’espace vide. Generative Fill au contraire, permet d’étendre, de remplacer ou d’ajouter des images : “Cela ne peut fonctionner qu’avec une intelligence artificielle qui comprend l’image et ce qui doit aller avec”, explique Rufus Deuchler.

Google Product Studio offre quant à lui la possibilité pour n’importe quel e-commerçant de générer des images produit “de qualité supérieure”. Un avantage non négligeable puisqu’elles obtiennent de meilleurs résultats sur Google, assure Vidhya Srinivasan de Google Ads. “Les images accrocheuses sont les vitrines en ligne des marques. (…) Mais nous savons également que la création d’images a un coût. C’est pourquoi nous avons développé Product Studio, qui permet aux commerçants de toutes tailles, et plus particulièrement aux petites et moyennes entreprises, de générer rapidement et facilement de nouvelles images en fonction de l’évolution continue de leurs besoins marketing.

C’est pour répondre à la demande croissante de leurs clients, notamment les retailers, qu’Artefact veut structurer son offre autour de la génération de contenus, avec leur studio de prod intégré. “Ils veulent savoir comment automatiser la production de contenus, pour faire encore plus de précision marketing et de personnalisation”, précise Leïla Achour.

Alors que les usages se multiplient à mesure que les outils se développent, que peut-on attendre demain ? Quelle sera l’étape d’après dans la communication digitale ?

Un futur toujours plus augmenté

À observer l’évolution entre ChatGPT 3 et 4 ou celle de Midjourney entre hier (allez quelques mois) et aujourd’hui, l’avenir s’annonce créativement passionnant. “Les outils d’IA générative vont continuer à se perfectionner à une allure exponentielle”, prédit Gilles Guerraz. Adobe prévoit de simplifier toujours plus ses outils pour des rendus encore plus complexes et travaillés, sans avoir besoin de passer son master d’ingé prompt.

Plutôt que de s’en faire des concurrents demain, autant s’en faire des alliés/assistants aujourd’hui. “Au même titre que certaines avancées telles que l’ordinateur ou internet, l’avenir se situe bien dans la collaboration entre l’humain et la machine, entrevoit Max Vedel de Swipe Back. Même si certaines personnes vont très probablement essayer d’optimiser les coûts à tout prix en déléguant un maximum de choses à une IA, j’ai aussi confiance en l’humanité pour valoriser l’artisanat et le travail humain dans la chaîne de création publicitaire. » Idem du côté de, Rufus Deuchler, designer, ancien patron d’agence avant de rejoindre Adobe, qui ne voit pas les IA génératives comme “une menace à (sa) creativité, mais comme un co-pilote à (sa) creativité.

Nous savons que l’IA aura un impact considérable sur la façon dont les professionnels du marketing prennent des décisions, résolvent des problèmes et abordent la créativité sur le long terme. Nous sommes impatients de les aider à faire face aux évolutions futures”, abonde Vidhya Srinivasan (Google).

Pourquoi pas un monde hybride alors ? “Ce ne sera jamais tout IA, veut croire David Raichman (Ogilvy) pour qui la prochaine grande étape pour l’industrie, est le film et la production audiovisuelle totale IA. “Tout l’intérêt de l’IA, c’est la bonne collab humaine, avec des parties full IA, car cela revient moins cher, ou faire des choses qu’on n’aurait pas pu imaginer autrement, et des choses qu’on produira avec des méthodes plus anciennes et plus classiques. Tout cela va se combiner et créer des choses visuelles de très haute qualité et inouïes ou inédites en termes de rendu visuel.” 

Ainsi, si les IA génératives ont quelque peu remisé les chouchous d’hier au placard de l’attention médiatique, elles pourraient fortement contribuer à leur retour. Pour Marc Horgues (OKCC Labs), “l’IA est bien loin de contribuer à faire disparaitre le Metaverse ou le web3. Au contraire, elle va en accélérer le développement en étant utilisé à tous les niveaux, de la production à la modération, en passant par la personnalisation et l’interopérabilité. C’est cette convergence des technologies qui va nous emmener à réinventer totalement notre rapport au monde virtuel.”  

David Raichman voit même arriver deux vagues dont l’une charriera “toutes les révolutions technologiques apparues depuis 8 ans et ce, par vague successive : objets connectés, réalité virtuelle, réalité augmentée, casque comme Vision Pro d’Apple présenté la semaine dernière, etc., mais boostées à l’intelligence artificielle. Ce sera une vague assez courte dans le temps.

Pour cela, l’étape démocratisation à grande échelle ne doit pas être manquée : “Cette démocratisation au sein des entreprises du secteur va, il me semble, faciliter l’interaction entre les différentes équipes, prédit Clarisse Madern (Seedtag). Cette nouvelle dynamique conduira probablement au développement de nouveaux produits toujours plus performants. In fine, ces produits devraient nous permettre de mieux transmettre le message au public et d’aligner autant que possible la création sur l’environnement dans lequel elle est diffusée, que ce soit les médias numériques ou DOOH.

Une démocratisation indispensable “pour que ces technologies ne soient plus quelque chose qui appartient au futur et à une bande de technos, mais soient un outil aux mains de tout le monde”, espère pour sa part Leïla Achour.

Pour parvenir à cette démocratisation, certains verrous devront sauter, notamment les risques et fantasmes attachés à ces technologies. Si le plan de com a bien marché – 85% des Français ont entendu parler de l’IA (étude WPP Research Consulting) – les IA inquiètent : seuls 54% des Français pensent que c’est une bonne chose, 83% d’entre eux ont peur des dérives, et près de 9 Français sur 10 identifient au moins un risque : le piratage (73%), la manipulation de l’information (71%), l’atteinte à la vie privée (68%) ou encore la dépendance à l’IA (68%). 

Alors même que le choc, de productivité entre autres, n’a pas eu lieu, note Gilles Babinet (CCNum). “Ces technologies vont commencer à entrer dans tous les services au sein des entreprises, et les risques associés sont encore à venir.” Risques qui, même s’il reste difficile de cerner le vrai du faux, “sont largement exagérés, notamment parce que ceux décrits, comme la désinformation, sont déjà en partis traités”. Mais les Français ne sont-ils pas le peuple le plus pessimiste au monde, rappelle le co-président du Conseil National du Numérique ? 

Malgré tout, parmi les trois risques identifiés, la désinformation/manipulation (d’images notamment, cf Adobe), les risques cyber et les risques sociaux liés à l’emploi, ce dernier est celui qui a le plus fait parler les chiffres : 300 millions d’emplois dans le monde pourraient être remplacés par l’intelligence artificielle dans les prochaines années. Ce que ne conteste pas Gilles Babinet“Ces trois risques reposent sur une même forme d’analyse : ces technologies ont une croissance exponentielle (pas démontré) et une croissance illimitée (pour les gens qui sont contre). On se dirigerait alors vers une IA générale de manière certaine… ce qui n’est pas certain car il y a de grandes barrières conceptuelles à franchir avant. Mais on observe tout de même une croissance du risque du fait de ces systèmes plus sophistiqués et du nombre de personnes qui les utilisent”.

Lueur d’espoir dans ce marasme de pessimisme, “ces technologies peuvent être utilisées contre elles pour défendre les systèmes qu’elles souhaitent attaquer. C’est le bon point, ces IA sont conçues par l’homme, le problème apparait dès lors qu’elles ne sont plus créées par l’homme, et lorsqu’elles se reposent sur d’autres IA pour s’allier et se sophistiquer .” Il faut – juste – s’y préparer. La prudence est de mise du côté des chercheurs et des régulateurs, mais la jurisprudence arrive peu à peu, la loi aux Etats-Unis évolue, et le DSA – dont l’entrée en vigueur se fait dans quelques mois – arrive à point nommé pour remettre un peu d’ordre et de clarté.

La capacité de disruption de la technologie IA est telle qu’il est complexe d’en entrevoir l’impact et les conséquences aujourd’hui, tant d’un point de vue de la création que du point de vue de l’emploi, estime Gilles Guerraz. Je ne sais pas qui attribuer la citation « what a time to be alive » mais je crois que, qu’on la prenne au premier degré ou avec ironie, elle n’a jamais été aussi à propos qu’aujourd’hui.

News Scan Book

Sanytol, Ça Nytol !

1

2

3

4

5

Précédent Suivant