Emily Ratajkowski reprend ses droits grâce aux NFT

Par Elliot D. le 27/04/2021

Temps de lecture : 4 min

Vendre la photo d’une image de photo ?

Nouvelle enquête dans l’affaire NFT (jeton non fongible).

Si depuis plusieurs mois, les fameux tokens font la une de l’actualité en promettant une authentification des œuvres digitales, elles soulèvent de nombreuses questions dans le domaine du droit d’auteur. Qui peut tokéniser une œuvre ? Qu’en est-il de la propriété pour une œuvre composée ? C’est maintenant au tour du mannequin Emily Ratajkowski de se lancer dans l’arène.

En effet, “Emrata” annonçait il y a 2 jours sur son compte Instagram aux 27 millions d’abonnés la future vente d’un NFT d’elle-même visant à se réapproprier son image. Disponible le 14 mai, il sera vendu aux enchères sur la plateforme Christie’s

Il s’agit d’une photographie d’elle intitulée “A Model for Redistribution”, posant devant le tirage d’une capture d’écran de son compte Instagram relayant une photographie d’elle, elle-même issue d’un magazine. Cela peut paraître compliqué, mais en fait, c’est très simple. 

Pour résumer, en automne dernier, Emily Ratajkowski racontait dans un essai publié sur The Cut (du New York Magazine), qu’elle avait été surprise de découvrir en 2014 une photo d’elle nue accrochée à la galerie Gagosian à New York. C’est l’artiste Richard Prince qui avait pris une de ses photos Instagram et l’avait imprimée sur une grande toile, vendu 90 000 $ dans le cadre de sa série “New Portraits”. Après une tentative de rachat manquée, la mannequin réussit finalement à acheter une deuxième version de ce tableau devant lequel elle pose sur son post Instagram daté du 26 avril. 

Si les NFT attirent de nombreux artistes pour leur valeur monétaire, c’est bien les droits d’auteurs qui intéressent Emily Ratajkowski. Dans son livre, My Body, elle expliquait déjà qu’elle gagnait sa vie “en posant pour des photos, et il m’a semblé étrange qu’un artiste chic et très estimé puisse m’arracher un de mes posts Instagram et le vendre comme le sien.” 

Si la jeune femme sait bien que l’utilisation de son image par des tiers fait malheureusement parti de son métier comme elle l’a déclaré “En tant que personne qui a bâti sa carrière sur le partage de mon image, tant de fois – même si c’est mon gagne-pain – cela m’énerve que quelqu’un d’autre en profite.”

C’est pourquoi elle a décidé de faire de son mieux afin de se réapproprier son image et de lutter contre son utilisation abusive comme elle explique dans la description de sa publications Instagram : “Le terrain numérique devrait être un lieu où les femmes peuvent partager leur image comme elles l’entendent, en contrôlant l’utilisation de leur image et en recevant le capital potentiel qui y est attaché. Au lieu de cela, l’Internet a plus fréquemment servi d’espace où d’autres exploitent et distribuent des images du corps des femmes sans leur consentement et pour le profit d’autrui. L’art a toujours fonctionné de la même manière : les œuvres de muses anonymes se vendent à des millions de dollars et font progresser la carrière d’artistes traditionnellement masculins, tandis que les sujets de ces œuvres ne reçoivent rien. Je ne connais que trop bien cette histoire, comme en témoigne mon essai de 2020 pour le New York Magazine, Buying Myself Back. Les NFT ont le potentiel de permettre aux femmes d’avoir un contrôle permanent sur leur image et de recevoir une compensation légitime pour son utilisation et sa distribution.” 

Emily Ratajkowski ayant toujours été engagée pour la cause feministe, elle trouve ainsi un nouveau moyen d’affirmer son engagement, tout en rachetant ses propres droits dans son intérêt personnel. 

Ce problème de manipulation de l’image sur le web a toujours existé, l’artiste Richard Prince avait d’ailleurs déjà été amené en justice a de nombreuses reprises pour ce style de portrait. Mais c’est la première fois qu’une victime décide de renverser la tendance grâce à la blockchain.  

Que ce soit dans le monde de la mode, du cinéma ou de l’art, a-t-elle ajouté, les jeunes femmes “ont l’impression qu’elles n’ont pas besoin d’être payées correctement” avait déjà déclaré le mannequin. 

Si les gens utilisent ses photos, Emily Ratajkowski est prête à se battre pour les récupérer, et les NFT paraissent être le meilleur moyen actuel de gagner de l’argent tout en gardant la main mise sur son image.

News Scan Book

Les petits bruits - AXA

1

2

3

4

5

Précédent Suivant