Snapchat fait son « Shows » avec 13 médias français

Par Élodie C. le 20/11/2018

Et c'est parti pour le Show !

Présentée l’année dernière aux États-Unis, Snap Inc. vient d’annoncer ce lundi 19 novembre 2018, le lancement de « Shows » en France.

Avec « Shows » (« on n’a pas trouvé d’équivalent français« , précise le PDG France de Snapchat, Emmanuel Durand), intégré à Discover, Snapchat investit le segment ultra concurrentiel des programmes vidéo et mobiles, ici produits par 13 médias partenaires. Parmi eux, nous retrouvons la plupart des médias déjà présents sur Discover, comme Konbini, Melty, Tastemade, mais aussi des petits nouveaux à l’instar de Loopsider, L’Olympique de Marseille (eh oui), M6 (avec Golden News) ou encore Webedia et france•tv Slash. L’objectif de « Shows » et l’ambition de ses médias partenaires est bien évidemment de capter une audience ultra connectée qui déserte peu à peu la télévision traditionnelle.

« Shows » c’est quoi ?

« Shows » c’est « la TV de la génération Snapchat », c’est-à-dire du storytelling calibré pour le mobile : du contenu vidéo premium au format vertical (comme IGTV d’Instagram), court (entre 3 à 7 minutes), motion design et mobile first. Soit, du « snack content » à consommer sans modération, cela s’entend. Coté contenu justement, « Shows » proposera 18 programmes, dont trois sont disponibles depuis ce matin. Des émissions consacrées au divertissement (cinéma, séries, gaming), au sport ou au fooding. Seuls Melty Break et Loopsider proposeront des contenus exclusifs à Snapchat, les autres programmes seront reformatés pour « Shows ». Comme le programme « La tête haute » de france•tv Slash ou encore Fanzone, l’émission d’Allociné (Webedia) consacrée aux super-héros et comics.

Comme l’explique Emmanuel Durand, sur mobile le format est aussi important que le sujet abordé. Tous les sujets peuvent être traités sur Snapchat « Shows », à condition d’utiliser les bons formats et d’avoir un bon storytelling, généralement synonyme d’interactivité et donc d’engagement. En revanche, les contenus originaux Snapchat ne sont pas à l’ordre du jour en France. Il faudra donc prendre son mal en patience avant de voir débarquer les Snap Originals, ces séries produites par Snap Inc. et lancées en octobre dernier aux États-Unis.

Pas un réseau social d’adolescents

Selon Snapchat France, 13 millions de Français utilisent la plateforme chaque jour et y passent 20 minutes en moyenne. Le redesign de Discover, après la fameuse mise à jour polémique, aurait augmenté de 40% le temps passé sur la plateforme depuis le début de l’année. L’audience quotidienne des médias aurait quant à elle augmenté de 29% (sans qu’il nous soit donné d’éléments chiffrés).

Snapchat a clairement affiché sa volonté de ne pas être un réseau social en prenant soin de séparer le social de la partie média. De la même manière, Snapchat ne veut pas être perçu comme LE réseau social des adolescents (quand bien même la plateforme serait leur préférée devant Instagram). La firme s’adresse ainsi à la « Génération Snapchat », connectée et millennials, plus qu’aux adolescents, cible chouchou des annonceurs. Le ciblage des adolescents reste problématique puisqu’une partie d’entre eux, les moins de 13 ans, sont normalement interdits de plateformes sociales.

Si Snapchat est l’application préférée des adolescents, comme l’avait d’ailleurs confirmé le baromètre #Bornsocial 2018 de l’agence Heaven, la stratégie de la firme ne serait pas focalisée sur cette catégorie d’utilisateurs. En effet, sur les 13 millions d’utilisateurs français, 80% ont plus de 18 ans et 60% ont entre 13 et 34 ans, a tenu à rappeler Emmanuel Durand. D’où la présence de grands médias généralistes comme Paris Match ou Le Monde sur Discover et BFMTV sur « Shows », mais aussi d’une grande variété d’annonceurs : 70% du CAC40 souligne le boss de Snapchat France.

Snack content & monétisation

Comme pour Discover, les médias partenaires de « Shows » pourront monétiser leurs programmes, Snapchat commercialisant l’audience de la plateforme de son côté. Bien évidemment, rien n’a filtré sur le montant des accords opérés entre ces médias et la plateforme. Quant à savoir comment sont redistribuer les revenus publicitaires entre Snapchat et ses partenaires ? Motus et bouche cousue, « les recettes sont partagées ». Fermez le ban.

Si l’intérêt d’un tel show parait évident pour Snapchat – se positionner sur le terrain de la vidéo en ligne – et ses 13 acolytes – capter un public plus jeune et varié – les utilisateurs pourraient être refroidis par le manque de nouveautés proposées, quand les contenus originaux sont le produit d’appel d’autres plateformes concurrentes. D’après Snapchat, les « 21 émissions uniques dans Discover (c’est-à-dire la partie Shows, NDLR) ont attiré un auditoire actif mensuel de plus de 10 millions de spectateurs », dans le monde.


Les 13 nouveaux partenaires sont : 17 Juin Media, BFMTV, France Télévisions, Konbini News, Les Éclaireuses, Loopsider, Golden News (groupe M6), MAD, Mediawan Thematics, meltygroup, Olympique de Marseille, Tastemade Inc., Webedia

Les 18 Shows annoncés aujourd’hui sont : 3 minutes pour une vie (17 Juin Media), La Pépite (BFMTV), Le Look à Copier (BFMTV), La Tête Haute, Sexy soucis (france•tv Slash – France Télévisions), Konbini News (Konbini), Stand Up (Les Éclaireuses), Beauty Tips (Les Éclaireuses), FoodTour (Les Éclaireuses), Hello World (Loopsider), Loris à la rue (Golden News / groupe M6), Esport Zone (Mediawan Thematics), melty break (meltygroup), Olympique de Marseille (Olympique de Marseille), Cosmecook (Tastemade Inc.), Salade, Tomates, Rognons (Tastemade Inc.), Fan Zone (Webedia), MATCH ou NEXT (Webedia), OFF SCREEN (Webedia).

News Scan Book

Le Noël d’E.Leclerc
La stratégie digitale de Nunchi

1

2

3

4

5

Précédent Suivant