M6 Publicité révèle les tendances de société et consommation de 2018

Par la Réclame le 12/04/2018

Une année faite de hacking, d'écoute de soi et de consommation remise en question.

Article sponsorisé

Ce mercredi a eu lieu sur les toits de Paris, la 11e édition des tendances de l’année de M6 Publicité. Un rendez-vous immanquable qui dresse la photo du moment et de l’année à venir d’un point de vue sociétal, consommation et marketing.

Le pôle études de M6 Publicité, les programmes de M6 ainsi que des partenaires comme NellyRodi et Sociovision ont identifié trois tendances clés pour cette année, que nous allons tenter de synthétiser : le hacking démocratique, le nouveau contrat de consommation, et être à l’écoute de soi.

Pour en savoir plus, contactez M6 Publicité.

Dans le rétroviseur : 2017

2017 est présentée ici comme une année de changements sociétaux, que M6 Publicité résume au travers de quatre points fondamentaux :

L’avènement médiatique de l’IA, illustré par une statistique édifiante : « 80% des Français ont le sentiment que l’IA s’est déjà installée dans leur vie quotidienne » (source : sondage CSA / France Inter / Libération)

Les données personnelles, « food for scandal », qui traduisent un changement de perception des utilisateurs quant à l’utilisation de leurs données personnelles. Ce phénomène est souligné par un rappel des différentes polémiques auxquelles Facebook doit actuellement faire face.

L’engagement des marques en croissance constante depuis 2012 et qui atteste du désir d’une économie plus responsable de la part des consommateurs. C’est ce qui explique l’émergence de la RSE.

L’année des femmes, avec la libération de la parole, dans le sillon de l’affaire Weinstein, ainsi que différents combats féministes auxquels les marques prennent part.

À l’aune de ces constats, l’étude pose le grand enjeu de l’année : « 2018, des interrogations à l’action ». Ce pari est illustré par un paradoxe Chaos / Espoir traduit par deux statistiques : 67% des sondés sont d’accord avec l’affirmation « le monde bouge, mais il a de moins en moins de sens », alors que dans le même temps, 69% des personnes interrogées pensent que leur situation personnelle va s’améliorer dans les années à venir. (source : Sociovision)

Tendance n°1 de 2018 : le hacking démocratique

Le hacking, qui revêt dans l’étude plusieurs formes, s’appuie sur le collectif pour améliorer l’existant, qu’il concerne la société, les entreprises ou les institutions. De nouveaux modèles émergent ainsi. Ainsi nous devrions voir en 2018 les marques encourager « Les rêves collectifs ». Les marques seront parfois même à la tête de ces mouvements en se positionnant comme « des fauteurs de troubles », une manière de prendre ses responsabilités et bousculer l’ordre établi. Toujours dans cet esprit d’engagement, les marques vont se mettre en place d’elle-même des programmes de « diffusion du savoir ».

Globalement cette vision du hacking traduit la prise de pouvoir des masses dans le but de faire émerger des idées disruptives au service du bien commun.

Tendance n°2 de 2018 : le nouveau contrat de consommation

Enjeu de société qui dépasse le simple cadre de la communication, ce nouveau contrat de consommation se traduit lui aussi par plusieurs axes concrets. Tout d’abord, que ce soit par des systèmes de réapprovisionnement anticipés (abonnement, comme avec MealPal ou Bic Shave Club) ou avec l’intervention de l’IA conversationnel (Alexa, Google Home…), le consommateur va de plus en plus « déléguer ses choix ». De même, pour « faire face à l’hyperchoix », les marquent s’emparent du sujet de la décroissance (cf la campagne anticonsumériste de Volvo). Enfin les marques vont aider leurs consommateurs dans cette démarche du mieux consommer en apportant davantage de transparence sur l’approvisionnement responsable de leurs produits, ainsi que davantage de conseils, notamment en mettant les collaborateurs en contact direct avec le public (vous avez dit advocacy ?).

Tendance n°3 de 2018 : à l’écoute de soi

La dernière tendance de l’étude est centrée sur le consommateur, l’urbain à l’écoute de lui-même, qui cherche les solutions pour « reconquérir son intériorité ». Ce qui passe pour les marques par la mise à contribution des sens ou encore l’abandon des peurs. Le second point, intitulé « convier l’originel », traite en réalité de la volonté de se reconnecter à la nature et à d’autres formes de spiritualité, aussi ésotériques soient-elles (sorcellerie, cycles de la Lune…). Enfin « l’art pour s’évader » sera de plus en plus intégré dans les démarches de bien-être et de développement personnel, ce qui devra être pris en compte par les marques. Les interventions de Michaël Dandrieux (sociologue de l’imaginaire) et d’Alexandre Cadain (Anima et Xprize) ont confirmé ces tendances lors de l’événement.



Perspectives

Cette édition 2018 de la session grand format de M6 Publicité met donc l’accent sur la responsabilité : elle est à fois affaire de tous et au cœur des stratégies des marques. Chacun se responsabilise également sur un plan individuel afin de trouver sa place dans un futur qui semble à la fois incertain et rempli de promesses.

Pour en savoir plus, contactez M6 Publicité :

[email protected]


Article sponsorisé

News Scan Book

BlaBlaCar : partout où il y a une route

1

2

3

4

5

Précédent Suivant