Burger King s’attaque aux flatulences des vaches pour préserver l’environnement

Par Élodie C. le 04/08/2020

Temps de lecture : 3 min

Cows Menu : les pets du changement.

L’impact environnemental de l’élevage de bétail n’est plus à démontrer : d’après l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le bétail est responsable d’environ 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En effet, les vaches libèrent du méthane comme sous-produit de leur digestion. Pour s’attaquer à ce problème environnemental, et anticiper de futures polémiques, Burger King s’est attelé à rééquilibrer le régime alimentaire de certains ruminants en y ajoutant des feuilles de citronnelle afin de limiter leur contribution au dérèglement climatique. D’après la chaîne de restauration rapide, cela permettrait de réduire les émissions quotidiennes de méthane des vaches de 33 % en moyenne sur les trois à quatre derniers mois de leur vie.

Ce nouveau régime alimentaire a été développé en collaboration avec des scientifiques de renommée mondiale — Octavio Castelan de l’Université autonome de l’État du Mexique et Ermias Kebreab de l’Université de Californie — se félicite BK et est disponible en open source. Burger King a teasé la nouvelle d’une manière toute personnelle avec deux tweets énigmatiques, dont l’un invitait à « respirer les pets du changement » (savoureux), avant de libérer un film de campagne justement nommé « Cows Menu ».

Réalisé par le Français Michel Gondry (Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, L’Écume des jours) en collaboration avec l’agence We Believers, le clip surréaliste met en scène Mason Ramsey, un jeune chanteur de country rendu célèbre en mars 2018 grâce à une vidéo virale où on le voyait chanter au yodel Lovesick Blues dans un magasin Walmart.

« Les pets et les rots de vaches n’ont rien de drôles. Ils libèrent du méthane, contribuant ainsi au changement climatique. C’est pourquoi nous nous efforçons de modifier le régime alimentaire de nos vaches en ajoutant de la citronnelle pour réduire leurs émissions d’environ 33 %. Découvrez notre étude. »

Avec la même technique, il explique cette fois-ci comment le fameux méthane est produit et les conséquences que son émanation peuvent avoir pour la planète. Le film présente des vaches dégazant des nuages d’ouate et se termine à « Low Carbon Land », un parc d’attractions enchanteur, sur cette annonce de Burger King : « Puisque nous faisons partie du problème, nous travaillons pour faire partie de la solution ».

« Cette initiative s’inscrit dans le cadre de notre programme “Restaurant Brands for Good”. Chez Burger King, nous pensons que des repas délicieux, abordables et pratiques peuvent également être durables, a déclaré Fernando Machado, directeur du marketing mondial de Burger King et de Restaurant Brands International. Nous rendons publiques toutes nos conclusions. Il s’agit d’une approche open source d’un problème réel. Si l’ensemble du secteur, des agriculteurs aux fournisseurs de viande, en passant par d’autres marques, se joint à nous, nous pourrons augmenter l’échelle et contribuer collectivement à la réduction des émissions de méthane qui affectent le dérèglement climatique ».

Depuis le 14 juillet, Burger King propose ainsi des Whopper avec du boeuf à émission réduite en méthane dans un nombre restreint de restaurants – Miami, New York, Austin, Portland et Los Angeles – pendant une période limitée (épuisement des stocks). Burger King espère susciter des vocations auprès d’autres restaurateurs, mais aussi des agriculteurs.

News Scan Book

Le calendrier de l’avent sexy avec AMORELIE

1

2

3

4

5

Précédent Suivant