Vestiaire Collective révèle le coût par vêtement trompeur de la Fast Fashion

Par Iris M. le 30/04/2024

Temps de lecture : 2 min

FBI : fausse bonne idée.

Depuis quelques années, l’essor de la fast fashion dérange. Celle-ci est bien loin de respecter les conditions de ses travailleurs ou l’environnement, contribuant au dérèglement climatique et à la pauvreté et l’insécurité de certains pays. De plus, les pièces produites sont de mauvaise qualité, ne résistent généralement pas à un usage fréquent et vont jusqu’à voler les designs d’autres marques ou créateurs indépendants.

Bref, la fast-fashion (et maintenant, l’ultra fast-fashion), n’ont aucun impact positif sur la terre ou ses habitants. Sauf que vient à présent la question des alternatives : en effet, pour tous ceux qui n’ont pas beaucoup de moyen, il peut être plus facile de s’offrir de la fast fashion que des vêtements d’origine éthique, puisque cela se ressent généralement sur leurs prix.

Pourtant, Vestiaire Collective a dévoilé le 20 avril dernier son rapport sur la circularité, qui introduit une notion qui pourrait bien changer la donne. Il s’agit du coût par pièce. L’idée ? Les pièces de fast-fashion sont souvent portées moins de fois, gardées moins longtemps et valent moins cher à la revente que les pièces de créateurs. Sur la durée, ces dernières coutent donc moins cher au consommateur. Les sacs par exemple atteignent une réduction d’environ 72 % du coût par utilisation en raison de leur valeur de revente supérieure (oui, on parle bien des sacs Chanel à 11 000 euros).

La seconde main offre un avantage comparé à la fast-fashion sur toutes les catégories : celle-ci offre un coût par utilisation d’environ 33 % inférieur en moyenne. 

« La fast fashion est une fausse économie. Acheter de la fast fashion bon marché est trompeur, car à la fin, vous finissez par remplacer les articles encore et encore », déclare Dounia Wone, chief impact officer chez Vestiaire Collective, dans un communiqué. « Nous défendons la circularité, car elle profite non seulement au portefeuille des consommateurs, mais aussi protège notre planète. Les articles de luxe d’occasion sont plus rentables sur le long terme avec une durée de vie plus longue. Notre mantra “Réfléchissez d’abord, Achetez ensuite” a plus de sens que jamais. »

Pour en savoir plus, découvrez le rapport complet : 

News Scan Book

Sanytol, Ça Nytol !

1

2

3

4

5

Précédent Suivant