Plaisir, exigence et jeu à la nantaise : la recette de Franck Annese pour entreprendre

Par Pascal G. et Xuoan D. le 30/05/2023

Temps de lecture : 2 min

9e épisode parmi 12 portraits d'entrepreneurs des années 2020.

Le 12-20 est un format inédit d’interviews vidéo consacrées aux figures qui font la communication d’aujourd’hui. 12-20 comme une série de 12 portraits des années 2020.

L’occasion de réaliser, le temps d’une interview, le portrait d’un entrepreneur pour mieux comprendre ce qui l’a conduit à entreprendre et comment s’est construit son parcours.

Ses réussites comme ses échecs, ses conseils et ses bonnes pratiques, ce qui fait sa fierté ou ce qui le réveille encore la nuit, vous trouverez tout cela dans le 12-20.

Un format et une série conçus et réalisés à 4 mains par Pascal Guibert (business coach) et Xuoan Duquesne, respectivement éditeur et rédacteur en chef de la Réclame.

Pour ce neuvième épisode, nous convions Franck Annese, le président et co-fondateur de SO PRESS (Society, So Foot, So Film, Doolittle…) et d’autres structures liées à la production et à l’édition. En l’interviewant sur son parcours, il y a deux singularités qui nous frappent. Tout d’abord, et à plusieurs moments, l’apologie du collectif, ce « jeu à la nantaise » chez ce fan du FC Nantes pré Waldemar Kita. Cet inénarrable entrepreneur ne conçoit des projets qu’avec et pour son équipe de fidèles. Des individus qui pour la plupart ont commencé chez SO PRESS dans les années 2000 ou 2010, soit comme stagiaires, soit comme co-fondateurs. Le turnover est faible, et les décisions RH difficiles sont rares : Franck a encore du mal à se remettre d’avoir dû licencier UNE personne… en 20 ans.

Ensuite, Franck Annese semble fuir la part de comédie professionnelle à laquelle son début de parcours, des bancs de l’ESSEC au géant de l’audit EY, devait le destiner. Ici, on ne peut séparer l’homme de l’entrepreneur. Cet infatigable « bosseur » entreprend comme il est, de façon intuitive, sans se forcer à aller vers ce qui ne lui correspond pas. Ne lui demandez pas de prospecter, de réseauter par intérêt, ou de lancer un produit moyen, mais qui se vend. « Faisons-nous plaisir ! » pourrait être son mantra s’il en avait un.

Lancer des magazines alors que la presse papier connait un déclin à deux chiffres chaque année ? Allons-y ! Produire en parallèle 50 publicités par an (sa principale activité le jour, la nuit étant dédiée aux médias), mais aussi des albums, un long-métrage, et gérer une salle de concerts ? Tout parait à la fois si évident et si différent dans les aventures entrepreneuriales de Franck Annese.

News Scan Book

Sanytol, Ça Nytol !

1

2

3

4

5

Précédent Suivant