Le « Pregnant man » est de retour pour sauver le droit à l’IVG aux États-Unis

Par Isadora L. le 02/08/2022

Temps de lecture : 2 min

Recycler une vieille pub pour faire tomber un juge en carton.

Comme vous le savez, le 24 juin dernier marquait un tournant – une régression – historique aux États-Unis : la Cour suprême décidait que la Constitution ne confèrerait pas LE droit à l’avortement. Depuis, des associations et organismes ont tenté à leur échelle de sauver ce droit dont toutes les femmes devraient bénéficier, faisant pression sur les personnes de pouvoir aux États-Unis. Il y a quelques mois, Amnesty International a sorti les crocs, mais vous imaginez bien que cela n’a pas suffi.

Cette fois-ci, c’est au tour de l’agence Saatchi & Saatchi de rentrer dans le lard, en remettant au goût du jour une vieille publicité – si ce n’est LA campagne la plus emblématique de l’agence : l’affiche « Pregnant man ».

À gauche, la campagne originale pour le Health Education Council du Royaume-Uni (1970). À droite, la campagne de 2022.

Sortie en 1970, la campagne originale en avait – vous pouvez l’imaginer – choqué plus d’un, en renversant les rôles des hommes et des femmes dans une société patriarcale. Sauf qu’à l’époque, l’affiche était destinée aux hommes afin que ceux-ci pensent à la contraception. En 2022, le visage du célèbre « Pregnant man » est troqué contre celui de Samuel Alito, juge américain siégeant à la Cour suprême des États-Unis depuis le 31 janvier 2006. Juge conservateur qui a par ailleurs écrit l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization publié le 24 juin 2022, qui statue que la Constitution américaine ne confère pas le droit à l’avortement revenant sur le droit à l’IVG aux États-Unis jusqu’alors protégé par l’arrêt Roe v. Wade de 1973.

L’agence londonienne espère que la campagne fera autant de bruit qu’elle a su le faire il y a 50 ans de cela. D’une certaine manière, nous pouvons dire que cette campagne fait un bond en arrière au même titre que les États-Unis. Bon, nous doutons que le juge de la Cour suprême visé riposte à la suite de la campagne. Peut-être auront nous l’avis de Maurice Lévy (président du conseil de surveillance de Publicis Groupe) qui avait désigné la campagne de 1970 comme étant l’une de ses campagnes préférées.

News Scan Book

Sosh Show x KEWL

1

2

3

4

5

Précédent Suivant