Un magasin se joue brillamment des bots pour la sortie des Parra x Nike SB Dunk Low

Par Élodie C. le 12/08/2019

“Cooker” n’est pas gagner !

Si vous êtes un adepte de sneakers, les loteries de Nike et Adidas vous sont familières. En alliant rapidité et chance, vous gagnerez peut-être le droit d’acheter la paire collector mise en vente. Paire qui se retrouvera sans doute dans les circuits de revente quelques instants après ou sur eBay pour trois fois son prix.

Ces loteries sont logiquement surveillées comme le lait sur le feu par tous les sneakerheads. Pour maximiser leurs chances, certains (mauvais) joueurs n’hésitent pas à faire appel à des bots, des logiciels conçus pour acheter les sneakers tant convoitées à la seconde même où elles sont mises en vente ou obtenir une meilleure place dans la file d’attente virtuelle de la boutique en ligne. Forcément, ça crée des frustrations.

Récemment, ce sont les Parra x Nike SB Dunk Low qui ont suscité toutes les convoitises. Et si les bots étaient dans les starting-blocks pour leur sortie prévue le 27 juillet dernier, le Graal leur a échappé.

Comme l’explique Thomas Schwerer, marketing manager pour Under Amour France, un magasin s’est joué des bots en mettant en vente… les photos des fameuses Parra, qu’ils se sont évidemment empressés d’acheter.

Martin Schreiber, un employé de Bonkers (cinglés en anglais), magasin de skate situé à Francfort en Allemagne, explique ainsi : « Nous avons donc décidé de montrer aussi le majeur et de vendre des images numériques des chaussures. Nous avons mis les chaussures en ligne 3 000 fois dans chaque pointure de chaussure avec le titre, ‘Image de la chaussure XY’, et écrit dans la description du produit qu’il ne s’agit pas de la chaussure, mais de sept photos du produit à 10€ chacune.” « Mais évidemment un bot ne reconnaît pas cela, poursuit-il. Il recherche simplement le nom du produit et pense ensuite : “Acheter, acheter, acheter !” Ce qui est génial, c’est qu’au moment de payer, vous devez cocher que vous êtes conscient d’acheter un produit numérique et n’avez aucun droit de retour. Dès qu’ils ont payé, les photos leur sont parvenues par courrier électronique, les robots sont désactivés. » Imparable.

Bien évidemment, les propriétaires des bots “lésés” ont tenté de déposer des réclamations auprès de PayPal rapporte solecollector.com : “Un client aurait même acheté 100 séries de photos et dépensé 7 000 € ». Malheureusement pour eux, le magasin Bonkers a tout fait dans les règles, les consommateurs mécontents n’ont pu prétendre que le produit ne correspondait pas à la description, puisque c’était bien le cas. “On y voit des photos de la chaussure et non de la chaussure. Et le prix était différent, la chaussure coûte 150 €. PayPal a donc confirmé que nous avions tout à fait raison », précise encore Martin Schreiber. Et pour enfoncer le clou, il précise à toutes fins utiles que la boutique a “annoncé sur [son] blog, sur Instagram et Facebook qu’il n’y aurait que des photos de la chaussure en ligne. Nous n’avons dupé personne. N’importe qui aurait pu s’informer. J’ai assisté à une réunion Nike à Amsterdam et ils ont adoré. »

Ça tombe bien, Bonkers reproduira l’initiative « certainement plus souvent. » Vous êtes prévenus !