Carrefour veut assouplir la loi défavorisant les légumes anciens

Par Alexandre D. le 20/09/2017 - Agence : Marcel

Le distributeur ose le marché noir.

Accompagné de l’agence Marcel, l’optimiste Carrefour se pose en défenseur des droits des consommateurs et des paysans dans une campagne pour le moins, inhabituelle. Pour résumer, la loi favorise la commercialisation de semences standardisées. Aujourd’hui, peu de paysans possèdent ces graines anciennes. Ils peuvent les cultiver, les commercialiser, mais ne peuvent pas les vendre à un tiers car elles ne figurent pas au catalogue national des semences. Même si les paysans ne sont pas contre ces lois qui régulent ce marché, ils souhaitent qu’elles soient assouplies afin de conserver notre patrimoine agricole. Dans ce contexte, Carrefour lance : « Le Marché Interdit » pour se joindre à leur cause, voire à la cause de tous ceux qui souhaiteraient protéger notre patrimoine.

Il faut bien l’avouer, l’initiative du cador de la distribution semble noble. Quand d’habitude les agriculteurs ont tendance à déverser du fumier devant les magasins, cette fois-ci le syndicat paysan soutient la démarche. On peut alors se demander ce qu’adviendra de cette campagne et espérer qu’elle ne se termine pas comme les fantomatiques légumes moches. Le Marché Interdit soulève en France la question du rôle sociétal de la publicité. Des marques comme Heinz ou encore Audi ont tenté de faire changer la loi aux État-Unis mais rares sont les marques ayant montré la même audace en France. Qu’est-ce que Carrefour en tire ? Sur le plan économique pas grand-chose. En revanche, avec cette initiative l’enseigne devrait beaucoup faire parler d’elle. Le sujet a été abordé dans différents titres de presse et matinales. Là où Intermarché donnait un coup d’épée dans l’eau avec ses très éphémères fruits et légumes moches (eux aussi signés Marcel), Carrefour passe à l’action et se positionne comme leader d’un nouveau mouvement. On ne peut que saluer l’initiative.

Concernant la réalisation publicitaire en elle-même, l’agence a choisi un discours alarmiste dans lequel nos agriculteurs endossent le rôle de dealers, hors-la-loi. Le manifeste emploie un ton grave, comme si nous étions totalement privés de notre choix au final (alors que des alternatives bio ou locales existent). C’est derrière cette posture que se cache la clé pour retenir l’attention du plus grand nombre. Quant à leur transformation de Carrefour en tant que distributeur de fruits et légumes plus diversifiés, cela devrait prendre des années. Pour le moment, l’idée est de retenir l’image d’une enseigne qui bouscule les codes et ose « l’interdit ».

Carrefour – La Livraison

Carrefour – Le Marché Interdit

Les prints

manifeste-lemarcheinterdit

oignon

carotte

courge

artichaut

guerilla

News Scan Book

Biocoop : le glyphosate, ça va
La marque employeur du Groupe TF1

1

2

3

4

5

Précédent Suivant