Étude : le profond impact de l’inflation sur la consommation des Français

Par Isadora L. le 05/09/2022

Temps de lecture : 3 min

Devoir ou pouvoir d’achat ?

Victimes d’une augmentation générale des prix qui semble ne pas prendre de vacances, 58 % des Français ont dû réduire leur budget courses cet été. Pour cette rentrée 2022, ils doivent continuer de vivre avec cette crise qui les restreint financièrement. Afin de connaître la manière dont les Français comptent utiliser leur argent en ces temps incertains, l’application qui centralise les catalogues publicitaires Bonial (Axel Springer) les a interrogés – via un sondage mené par OpinionWay – sur leurs habitudes de consommation grandement chamboulées par cette inflation historique.

Sans grande surprise, une très large majorité* (85 %) de Français restent pessimistes concernant leur pouvoir d’achat. Parmi eux, 31 % peinent à financer leurs dépenses jusqu’à la fin du mois, 34 % estiment que leur pouvoir d’achat ne leur permet pas de vivre décemment et 21 % d’entre eux ne peuvent pas partir en vacances.

Bien qu’une part non négligeable de la population française reste inquiète, il s’avère que les enseignes alimentaires et non-alimentaires se positionnent sur l’amélioration de leur pouvoir d’achat – 78 % des Français ont l’intention de faire évoluer leur comportement d’achat dans les semaines à venir.

Lidl est le supermarché le mieux noté sur une échelle de 1 à 10 – la chaîne fait également les frais de cette crise, et s’engage d’ailleurs dès maintenant à éteindre toutes les enseignes lumineuses la nuit tant les dépenses en électricité sont colossales, expliquait son directeur exécutif achats marketing et communication France, Michel Biero. En deuxième position nous retrouvons E-Leclerc – magasin le moins onéreux selon une étude UFC-Que choisir – et en troisième position : Carrefour.

Également, les chaînes non-alimentaires aideraient à l’amélioration du pouvoir d’achat des Français. Parmi la variété d’enseignes présentes dans le sondage, nous retrouvons en première position Amazon (seule chaîne de commerce en ligne de la liste) suivie par Action et Decathlon – la création de forfaits de location d’équipements sportifs à des tarifs très accessibles à – nous l’imaginons – pu jouer en faveur au fleuron national des loisirs.

Mais il y a des dépenses desquelles les Français ne veulent pas se séparer. Bien que beaucoup plus restreints au niveau financier, 68 % des Français s’octroient des achats plaisir “au moins de temps en temps” – pour un budget moyen de 334 €. Les produits d’hygiène, les cadeaux (comme les fleurs) et les courses alimentaires représentent des achats réconfortants. Mais généralement, le taux de personnes satisfaites et insatisfaites est égal, montrant que la donne n’est probablement pas la même en fonction des catégories socio-professionnelles de chacun.

Enfin, 89 % des consommateurs affirment que l’on peut se faire plaisir même sans acheter des produits de marque, et 78 % déclarent qu’il est pour eux possible de se faire plaisir en consommant de manière responsable

Bref, les Français semblent prêts à changer leurs habitudes de consommation avant des mois qui pourraient s’avérer décisifs pour l’économie française et leur pouvoir d’achat.

Échantillon : 1010 personnes issues de la population française âgées de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées du 17 au 18 août 2022. Pour les remercier de leur participation, les panélistes ont touché des incentives ou ont fait un don à l’association proposée de leur choix.

News Scan Book

Australie.GAD remporte Brico Dépôt

1

2

3

4

5

Précédent Suivant