Gleeden recommande de tromper les flans

Par Manon M. le 31/08/2021

Temps de lecture : 2 min

Un flan n’a pas besoin de tout savoir tout le temps.

En ce dernier mois de farniente, où la rentrée – rentrée vous dites ? connais pas – approche à grands pas, Gleeden, le leader européen de la rencontre extra-conjugale, nous offre une campagne – comme à son habitude – décalée et osée. Les départs et retours des vacanciers prennent une tournure… inattendue. 

En effet, depuis le 2 août et jusqu’au 12 septembre, l’arrière des poids lourds est le nouveau support de communication de la marque. Les automobilistes pourront découvrir  – avec enthousiasme feint ou malaise  – sur toutes les routes de France, de grands panneaux sur fond violet, avec des slogans et jeux de mots évocateurs, pensés spécialement pour ce dispositif : « On a parfois besoin d’une roue de secours… », « Faites une sortie de routine », « Optez pour un itinéraire BIS », « Il est temps de passer la seconde ! », « Les déviations, ça a du bon ! », » ou encore « Vous en avez assez du gros lourd ». 

Gleeden s’invite aussi sur le petit écran à partir du 6 septembre sur les chaînes du groupe M6. La marque renouvelle sa communication et renoue une fois de plus avec l’irrévérence qu’on lui connaît. En collaboration avec l’agence Claim (groupe Reworld Media), Gleeden nous invite dans ce spot intitulé « C’est bon le flan », à aller voir si l’herbe n’est pas un peu plus verte ailleurs…  

« Il est très difficile de communiquer sur un sujet tabou comme l’infidélité, d’autant plus en télévision », a déclaré Solène Paillet, directrice de la communication de Gleeden. Avant d’ajouter, « l’utilisation détournée des desserts comme métaphore à la vie routinière était une façon subtile et maligne pour évoquer l’adultère et les envies d’ailleurs ».

À l’heure du dessert, c’est tout en métaphores culinaires que ce film nous fait entrer dans la réflexion intérieure d’une femme. En s’inspirant des codes du « foodporn », couleurs pastels et décor minimaliste côtoient ces gourmandises. Un flan est certes réconfortant, mais il offre peu de nouvelles perspectives, alors qu’un éclair ou des abricots laissent l’imagination digresser.

Après avoir reçu les foudres de certains supporters en s’affichant dans le stade de la Mosson lors de la première rencontre de ligue 1 MHSC – OM, la marque continue de construire sa signature. Provocatrice, imprévisible, irrévérencieuse et sourde au qu’en dira-t-on. 

News Scan Book

Les vœux 2022 d’ici Barbès CARE
Respirez, vous passez par Laforêt

1

2

3

4

5

Précédent Suivant