Un Français sur deux a changé ses habitudes de consommation pendant la crise sanitaire

Par Elliot D. le 17/06/2021 - Agence : Babel

Temps de lecture : 3 min

Next Leading Brands : étude sur la consommation des Français par Babel et BVA

Babel a dévoilé “Next Leading Brands”, une étude réalisée avec l’Institut BVA en mai 2021 sur la consommation des Français et leur rapport aux marques au seuil de la sortie de crise du Covid-19. Elle met en évidence des changements de modes de consommation profonds, en particulier chez les jeunes, et “éclaire les nouveaux critères indispensables pour que les entreprises soient au rendez-vous des aspirations des Français”

Qu’est ce qui a changé côté consommation ? 

Après la crise du Covid-19, on remarque une profonde remise en question de la consommation par les Français. En effet, les Français ont une conscience bien plus aiguë de leurs actes d’achat. Ainsi, un Français sur deux a changé ses habitudes de consommation depuis la crise sanitaire et 53 % sont tentés par de nouvelles marques plus saines ou responsables.

Les chiffres de cette étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population française et opérée par BVA, révèlent des signaux d’alerte vis-à-vis de la consommation à prendre très au sérieux : Pas moins de 61 % des Français disent notamment souvent éprouver un malaise face à la “surconsommation”. Toutefois, les Français sont nombreux (60 %) à estimer qu’ils peuvent encore changer le cours des choses à travers leurs choix de consommation.

Les jeunes : Une culpabilité qui s’ancre largement

La crise a amené les jeunes à remettre en question leur consommation. En effet, 71 % des jeunes de 18 à 34 ans se sont interrogés pendant la crise sanitaire sur l’impact de leur propre consommation, soit 13 points de plus que la moyenne des Français. 

Et si la culpabilité est remarquée chez tous les Français, elle l’est d’autant plus chez les jeunes. 43 % d’entre eux déclarent éprouver de la culpabilité quand ils font certains achats, contre seulement 29 % des Français en moyenne. 

Et pour les marques ? 

Le jugement est sévère pour les marques : elles n’ont pas convaincu deux tiers des français pendant la crise (64 %). Et seulement un tiers pensent qu’elles ont été utiles. 

Aux yeux des consommateurs, les marques doivent faire plutôt que dire, 91 % des Français souhaitent notamment qu’elles se concentrent sur leurs responsabilités en justifiant la qualité de leurs produits plutôt que de dire “quoi penser”. 66% des Français déclarent notamment que l’engagement des marques pour une cause est une mode qui passera

« Si les consommateurs veulent des marques engagées, ils ne sont pas dupes de la « gooditude » et demandent à être convaincus. 2 Français sur 3 considèrent que l’engagement des marques est une cause qui passera. C’est un signal d’alerte non ambigu pour les décideurs« , observe Laurent Habib, président-fondateur de Babel.

Pour finir, deux tendances émergent pour les marques. Premièrement, on remarque une nouvelle hiérarchie des attentes où le facteur humain prime fondamentalement. Ainsi, 89 % des Français accordent désormais leur respect aux entreprises qui assurent le bien-être de leurs employés. Et plus que jamais, la cohérence s’impose comme la nouvelle boussole des consommateurs et des citoyens pour conserver ou conquérir leur confiance. En effet, les contradictions flagrantes entre discours, valeurs et actes font perdre de façon définitive ou durable la confiance de 72 % consommateurs.

Découvrez l’étude complète 

News Scan Book

Luko dévoile sa nouvelle campagne :

1

2

3

4

5

Précédent Suivant