Alexa, l’assistant personnel d’Amazon, devient le meilleur ami du gamer

Par Thibault D. le 05/12/2017

''Je suis une forme de vie spontanée issue d'une mer d'informations'' - Ghost in the Shell, Tome 2.

Si l’assistant personnel intelligent d’Amazon, Alexa, n’est prévu en France que pour 2018, il se trouve qu’il est déjà pleinement utilisé outre-Atlantique. Aux USA, Alexa est la principale concurrente de Google Home, et désormais, il se pourrait bien qu’elle trouve preneur parmi les gamers. L’éditeur de jeux vidéo , appuyé par l’agence AKQA, vient ainsi de dévoiler le « Ghost Skill », une app connectée au très récent jeu Destiny 2 (développé par le studio Bungie). Concrètement, cela transforme Alexa en un véritable assistant personnel pour gamer, capable d’enregistrer des équipements pour les restituer immédiatement lorsque le joueur l’ordonne par la voix, ou bien de donner des indications spécifiques sur les missions, ou encore des recommandations d’activités en ligne.

Pour Activision, cette opération vise à parfaire l’immersion des joueurs dans son jeu vidéo. « Les joueurs veulent s’immerger dans nos jeux, et avec le Ghost Skill de Destiny 2, ils peuvent directement parler à leur Ghost via Alexa » explique Time Ellis, le CMO d’Activision, dans un communiqué de presse. C’est d’autant plus vrai qu’en parallèle, l’éditeur met en vente pour 100 dollars, le Destiny 2 Ghost. Un appareil wifi en édition limitée, qui connecté à Alexa, donnera à cette dernière les moyens de répondre avec la voix et le ton exploités dans le jeu. « Le Ghost Skill propose le conversationnel comme un moyen simple et naturel de redéfinir les interactions entre les joueurs. » Une façon pour Activision de se placer en avant-garde des technologies ludiques et de moderniser son image.

De son côté, si Amazon n’a pas commenté, on ne peut s’empêcher d’y voir une formidable opportunité pour le concepteur d’Alexa (ici matérialisé par l’enceinte Echo). Les assistants personnels sont aujourd’hui de plus en plus perçus comme un nouveau média permettant d’exploiter le conversationnel pour soumettre des recommandations d’achat à des consommateurs ou potentiels prospects. On l’a vu récemment avec l’application Monoprix pour Google Home. L’opération d’Activision démontre qu’Alexa pourrait très bien être exploitée à des fins marketings pour, par exemple, stimuler des achats in-app dans le cadre des jeux vidéo commercialisés selon des modèles freemium. Autre potentiel envisageable, le développement de véritables assistants intelligents pour les gamers professionnels, de plus en plus nombreux à batailler dans les tournois internationaux.

News Scan Book

Biocoop : le glyphosate, ça va
La marque employeur du Groupe TF1

1

2

3

4

5

Précédent Suivant