La photographie publicitaire se réinvente avec Adobe Stock Premium

Par Céline M. le 31/05/2017

Des contributeurs exceptionnels pour des images spectaculaires.

Article sponsorisé

Adobe Stock Premium est une collection de près de 100 000 images produites par les meilleurs agences et photographes au monde, afin de répondre aux attentes des professionnels de la communication, constamment à la recherche d’images authentiques et de qualité. Le site, en collaboration avec le Club des DA, a invité 5 photographes français à réaliser une série exclusive de photos. L’objectif : casser les codes et la perception des objets dans la publicité pour aider les marques à se transfigurer. Pour présenter ces travaux, l’exposition Métaphore a lieu jusqu’au 6 juin à la Fisheye Gallery, Paris 10e.

Découvrez les créations de ces 5 photographes français aux univers variés qui ont rejoint la collection Adobe Stock Premium.

Julie de Waroquier

Photographe autodidacte, écrivaine et professeure de philosophie, Julie de Waroquier débute sa carrière de photographe en 2008. À peine deux ans plus tard, la jeune femme se distingue en remportant plusieurs prix nationaux de photographie. Son univers ? Entre rêve et réalité. Sortie tout droit de son imagination, chacune de ses photos s’appuie sur des codes visuels et symboliques pour extérioriser des émotions. Pour sa nouvelle collection, la jeune femme a souhaité travailler sur un objet non poétique et loin de son univers : le vélo. Son projet a donc été de détourner le côté “sportif” du vélo perçu dans les publicités pour montrer l’objet comme un support d’évasion du réel.

waroquier_03

Télécharger le visuel

 

waroquier_01

Télécharger le visuel

 

waroquier_02

Télécharger le visuel

 

Ses autres créations

En fuite

Télécharger le visuel

 

La maison sous le nuage

Télécharger le visuel

 

L'abandon

Télécharger le visuel

 

L'envol

Télécharger le visuel

 

Comme une femme

Télécharger le visuel

 

Vincent Bousserez

Influencé par l’oeuvre de son parrain, le peintre Michel Bousserez, le jeune homme est attiré par le dessin et la peinture depuis son plus jeune âge. Sa caractéristique ? Il conceptualise et photographie des mises en scènes où figurines humaines s’entremêlent à des objets du quotidien. Vincent Bousserez joue avec le spectateur comme avec son appareil photo, pour mieux nous perdre entre les proportions, les distances et les dimensions.

Pour l’exposition, Vincent Bousserez a souhaité mettre en situation des jouets de son enfance, du camion scolaire Fisher-Price au Rubik’s Cube.

nostalgie-par-vincentbousserez-01

Télécharger le visuel

 

nostalgie-par-vincentbousserez-02

Télécharger le visuel

 

nostalgie-par-vincentbousserez-03

Télécharger le visuel

 

Ses autres créations

La fuite

Télécharger le visuel

 

Power

Télécharger le visuel

 

Pente Douce

Télécharger le visuel

 

Nature morte

Télécharger le visuel

 

Léo Caillard

Découvert récemment dans le milieu de l’art, Léo Caillard invite le spectateur à redécouvrir le passé et le présent. Ce jeune photographe et plasticien fait se rencontrer différentes époques au coeur d’une même oeuvre pour éveiller le regard du spectateur. Dans une approche plus généraliste, il soulève surtout de véritables questions sur les habitudes sociales. Sa nouvelle série d’images est axée sur la représentation de soi et les codes sociaux qui nous constituent. Dans ce but, Leo Cailllard a souhaité intégrer aux statues de rue des éléments lifestyle.

leo-caillard-hipsters-in-stone-2016-1

Télécharger le visuel

 

leo-caillard-hipsters-in-stone-2016-2

Télécharger le visuel

 

leo-caillard-hipsters-in-stone-2016-6

Télécharger le visuel

 

leo-caillard-hipsters-in-stone-2016-4

Télécharger le visuel

 

leo-caillard-hipsters-in-stone-2016-8

Télécharger le visuel

 

Ses autres créations

broken hand

Télécharger le visuel

 

Carrousel 1

Télécharger le visuel

 

La course dans la peau

Télécharger le visuel

 

Benoit Lapraix

Publicitaire, photographe éditorial et artistique, Benoit Lapraix remporte en 2007 le prix “UPC découverte” grâce à ses photos d’architectures. Dans chacune de ses créations, le jeune homme cherche avant tout à suspendre le temps afin de permettre au spectateur de se créer sa propre histoire. Pour ce projet, Benoit Lapraix a choisi de mettre en avant l’univers publicitaire des “télécoms” à travers 3 visuels ayant chacun une double perception : montrer à la fois la solitude physique des utilisateurs face aux nouvelles technologies et en même temps montrer les flux d’informations accessibles grâce à ces nouveaux moyens de communication.

illuminati_001-benoit_lapray

Télécharger le visuel

 

illuminati_002-benoit_lapray

Télécharger le visuel

 

illuminati_003-benoit_lapray

Télécharger le visuel

 

Ses autres créations

Wandering Spirits (Part 1) #05

Télécharger le visuel

 

Wandering Spirits (Part 1) #10

Télécharger le visuel

 

Wandering Spirits (Part 1) #03

Télécharger le visuel

 

Benjamin Taguemouth

À tout juste 14 ans, Benjamin Taguemouth débute la photographie. Dans ses créations, le jeune homme développe une esthétique singulière et subtile qui met en scène le corps comme moyen d’expression. L’appareil photo et la photographie deviennent pour lui un instrument de dialogue où deux temps s’affrontent : celui de l’instant figé par le cliché et celui de la rencontre intimiste avec l’humain. « C’est une rencontre avec soi et avec l’autre » précise Benjamin de Taguemouth.

benjamint1

Télécharger le visuel

 

benjamint2

Télécharger le visuel

 

benjamint3

Télécharger le visuel

 

Ses autres créations

Benjamin Taguemount. Photographe.

Télécharger le visuel

 

Benjamin Taguemount. Photographe.

Télécharger le visuel

 

Benjamin TAGUEMOUNT

Télécharger le visuel

 

Benjamin TAGUEMOUNT

Télécharger le visuel

 

Benjamin TAGUEMOUNT

Télécharger le visuel

 

Outre le fait que cet événement a permis de montrer la qualité des visuels et le travail de chaque artiste, ce vernissage a également été un moyen de voir la publicité autrement. Avec un thème commun, chaque photographe s’est exprimé différemment en fonction de ses souvenirs, de sa perception d’une marque ou d’un objet qui lui ait propre, sans pour autant sortir de leur univers. Dévoilée dans un premier temps aux journalistes, artistes et influenceurs triés sur le volet, l’exposition sera disponible au grand public du mercredi 31 mai au mardi 6 juin à la Fisheye Gallery ( 2 rue de l’Hôpital Saint Louis – Paris 10ème / Métro Colonel Fabien (ligne 2) ou Gare de l’Est (ligne 4, 5 et 7)

En savoir plus


Article sponsorisé

News Scan Book

La marque employeur du Groupe TF1
Biocoop : le glyphosate, ça va

1

2

3

4

5

Précédent Suivant