Head of Amplification : c’est quoi son job ?

Par Aude M. le 08/12/2016

Avec notre rubrique ''C'est quoi son job ?'', focus sur les métiers qui feront la com de demain.

Pour cette 4e interview, intéressons-nous à un nouveau métier de la communication : Head of Amplification. Pour enfin savoir ce qui se cache derrière cet intitulé qui n’existait pas il y a quelques années, nous avons interrogé Mickael Mougenot de l’agence Rosapark. Il nous dit tout sur les missions, le parcours et les perspectives de ce poste.

 

Qu’est-ce qu’un Head of Amplification ?

Mickael Mougenot : Chez Rosapark, nous pensons que nos marques méritent les meilleures idées créatives. Mais nous savons également qu’aujourd’hui, les meilleures idées ne suffisent plus pour attirer l’attention. Il faut plus pour les rendre vraiment visibles.

D’où mon rôle de Head of Amplification : tout faire pour booster la visibilité de toutes les belles idées que nous avons à l’agence.

Chez Rosapark, nous essayons toujours de trouver un moyen d’amplifier une idée. Cela passe souvent par le digital et les réseaux sociaux, mais aussi à travers des stratégies d’influence ou de RP.

C’est finalement un poste transversal : je suis rattaché au planning stratégique pour pouvoir agir sur l’ensemble de nos clients. Je travaille régulièrement avec les créatifs et les commerciaux pour faire en sorte qu’une bonne idée ne se limite pas à un film publicitaire, un évènement ou une campagne d’affichage.

Nous cherchons donc régulièrement à attirer l’attention des internautes, à générer des conversations autour d’une campagne ou d’une activation. En tout cas c’est le rôle que nous lui attribuons chez Rosapark.

 

Comment devient on Head of Amplification ?

MM : Il n’y a pas à proprement parler un parcours type pour devenir Head of Amplification car cela reste une spécificité de notre agence.

Et honnêtement, mon parcours est finalement très lié à l’évolution du digital et des réseaux sociaux.

Après mon Master Stratégie de Marque et Branding au CELSA, j’ai simplement suivi la tendance du marché publicitaire avec un stage de fin d’études chez Blast Radius Paris, une petite agence digitale. En 2012, une majorité des marques étaient bien sûr déjà sur Facebook ou souhaitaient se lancer sur ce genre de plateformes.

J’ai eu l’occasion de découvrir le community management et d’aborder des réflexions social media lors de ce stage avant de développer concrètement toute cette expertise chez We Are Social. Une agence avec une approche très conversationnelle, dont l’une des convictions était : « analyser et prendre part aux conversations pour en générer de nouvelles. ». Une approche que j’ai gardée en tête lors de ma petite carrière et qui était très différente de celle de Buzzman où je suis entré par la suite au poste de Social Media Manager.

Encore une fois, je gérais des clients social media de manière très classique avec une partie community management, de la gestion de projet et un peu de stratégie sociale. Mais finalement, le plus intéressant restait l’amplification que nous proposions pour accompagner chaque campagne sur le digital. Et c’est justement en racontant cette démarche que nous avons eu l’idée d’un poste de « Head of Amplification » avec Sacha Lacroix, Directeur Général Associé chez Rosapark.

 

Sur quels types de projets intervient un Head of Amplification ? Et à quel moment ?

MM : Un Head of Amplification peut intervenir autant en amont des projets et briefer les créatifs de l’agence avec un planneur stratégique, comme à la fin lorsqu’il y a déjà une bonne idée et qu’il faut chercher à l’amplifier en RP et la décliner sur le digital.

J’interviens vraiment sur tous types de projets, que ce soit sur un film comme nous l’avions fait pour #EatYourRun de Kalenji ou sur un jeu digital comme Bunny Rush de Red by SFR. Les créatifs viennent me voir dès qu’ils ont besoin de mon expertise et j’échange beaucoup avec eux au quotidien pour essayer d’améliorer la visibilité de notre travail à l’agence et pour nos clients.

 

Un conseil pour devenir un bon Head of Amplification ?

MM : Être curieux, s’intéresser à la création au sens large, pas seulement publicitaire, et aux nouveaux moyens de communication : web, réseaux sociaux, apps, influenceurs sont des notions qui reviennent souvent quand on parle d’amplification, à juste titre, car il faut bien connaître tout ça pour proposer une stratégie efficace.

De mon côté je réalise une veille quotidienne sur la création, la publicité et le digital pour rester informé du dernier hashtag, ou de la dernière tendance à suivre sur les réseaux sociaux par exemple. Par exemple la semaine dernière, on me parlait du #OneFingerChallenge, puis cette semaine c’est le #DubChallenge, ça évolue sans cesse ! Il faut réussir à suivre cet univers en constante évolution si on veut répondre de manière pertinente et efficace aux demandes de nos clients. On se pose toujours la question : peut-on proposer une activation pour une marque à partir de genre de phénomène en ligne par exemple ? C’est ce que nous avions fait pour #Pokemonop lors du phénomène Pokemon GO avec Monoprix.

 

Vers quoi ce poste peut-il évoluer ?

MM : Je pense que ce poste évoluera avec le digital et la publicité au sens large, nous sommes dépendants de la technologie à vrai dire. Les réseaux sociaux vont continuer à évoluer en fonction des usages des utilisateurs et des prochaines innovations, ce qui reste très difficile à anticiper. Quand Facebook investit dans la réalité virtuelle, l’ensemble du marché s’y intéresse de près et peut-être que l’amplification passera par ce genre d’innovation demain. C’est en tout cas hyper excitant pour la suite !

 

Vous êtes désormais convaincus que vous devez recruter un Head of Amplification pour votre agence ou entreprise ?

Publiez dès maintenant une offre sur la Réclame Emploi !

 

News Scan Book

Soyez vous-mêmes avec Krys
Le musée virtuel Citroën Origins

1

2

3

4

5

Précédent Suivant