La coloration d’Eva Longoria pour L’Oréal est-il le coup de com’ du confinement ?

Par Antoine D. le 07/05/2020 - Agence : McCann Paris

Temps de lecture : 4 min

Tuto adieu racines grises.

Dans sa dernière campagne signée par l’agence McCann Paris, L’Oréal part en croisade contre les cheveux gris. Une prise de parole donc pour présenter son nouveau produit avec son ambassadrice de toujours : Eva Longoria. Armée de son smartphone, l’actrice réalise donc sa coloration depuis chez elle, à défaut de pouvoir se rendre chez le coiffeur.

En constatant le résultat, Eva Longoria précise « qu’il n’y a aucun autre endroit comme la maison » et invite donc les personnes à rester chez elles alors que les États-Unis font face à des manifestations anti-confinement.

Il s’agit là probablement l’un des coups de com’ de marque les plus forts de ce confinement. Guillaume Rigal, Chief Marketing Officer de Kannelle (une solution pour réaliser soi-même des vidéos d’entreprise à partir d’un mobile), nous présente son analyse de ce cas d’école dans le texte qui suit :

« Pour toutes les marques, c’est une masterclasse. Y compris pour nous et vous qui essayons de faire des vidéos à la maison ces dernières semaines pour pallier à l’absence de nos ressources habituelles. Remercions donc L’Oréal qui nous livre une vidéo loin des clichés sans saveur et sans odeur (aurais-je le virus ?) des pubs spéciales covid avec cette pub qui hybride à souhait les codes de la marque et des réseaux sociaux. Décryptage. Magnéto. »

C’est tendance

1. Dans l’air du temps de ce confinement.
2. Tendance des stars qui partagent et nous invitent dans leur intérieur accélérée en cette période de covid.
3. Choix d’égérie intéressant : Eva Longoria a été présente toutes les semaines dans les salons avec Desperate Housewives. Si ce n’est une girl next door, c’est un de ces rares women next door familière pour beaucoup.

C’est « On Brand »

4. Raccord avec la cible : problème qu’ont les utilisatrices du produit après 1 mois de confinement, insight apparent sur les réseaux sociaux.
5. Raccord avec les codes de la marque avec la mise en valeur d’une star. (Ahhhh Andy McDowell…)
6. Pas de compromis majeur sur la qualité car le matériel utilisé est de bon niveau (les caméras des derniers smartphone sont juste incroyables). L’éclairage et le son sont au top (usage d’un micro externe quand même à mon avis).
7. On a un packshot produit.
8. On a un tuto.
9. On a le before/after promis (un indémodable des magazines féminins et des réseaux sociaux).
10. On a des cheveux qui volent de droite et de gauche.
11. On a la petite touche d’humour et d’autodérision : « I’m not the best blow dryer », « Do I look like Beyoncé. »

C’est le bon ton et le bon discours

12. Partage d’info personnelle et facilement généralisable à son audience qui la rend « personable » / approchable (« I’ve never been so grey in my life »).
13. Joie semi-contagieuse (« OMG, I’m so happy ») d’avoir réussi – et donc en plus ça marche. On en oublierait presque qu’il y a besoin de salon : Eva emprunte le fameux « There is no place like home » de Judy Garland (c’est la team en charge du marketing Salons qui doit être contente).

C’est adapté à une ère « sociale »

14. Côté shots et transitions, on s’éloigne des canons du genre et on adopte un style « Insta »: il n’y a pas de fondu. On alterne les plans plus ou moins rapprochés.
15. Le format vertical est adopté et assumé. C’est une pub sur un smartphone comme on ferait un selfie et pensé pour une diffusion sociale.
16. La fameuse « I’m worth it » [parce que je le vaux bien] est décliné en « now more than ever, we’re all worth it’ » avec un peu d’empowerment en ces temps de crise.

« Avec tout ça, je me dis que c’est peut-être le moment de cacher mes cheveux blancs, non ?

Mais je digresse. Pour vous, camarades vidéographes amateurs, les 5 points à retenir pour vos vidéos à la maison : »

1. Jouer l’authenticité et soyez vous-même (ou votre personnage public habituel).
2. C’est le covid etc. mais on n’oublie pas sa charte et ses codes pour autant. Le docteur vous autorise une petite adaptation de votre tagline mais vraiment légère.
3. Un peu d’humour (à vos dépends pas à ceux des autres) et d’empathie (c’est dur pour tout le monde mais on est dans le même bateau).
4. On trouve un endroit calme, bien éclairé avec un background correct (pas de tancarville avec les petites culottes dessus).
5. On télécharge le guide Kannelle pour réussir ses vidéos pro à la maison à coup sûr – plein d’astuces à avoir sous la main.

PS : lancez-vous, vous le valez bien (et c’est Eva qui le dit).

PPS : Guillaume Rigal anime un webinar jeudi 14 mai pour vous donner en live les ficelles du métier de vidéaste maison. (éclairage, son, scénario, mise en scène…)

News Scan Book

Première édition du Baromètre Contributing

1

2

3

4

5

Précédent Suivant