Back Market a son mot à dire sur les chiffres du reconditionné

Par la Réclame le 12/04/2022 - Agence : Marcel Worldwide

Temps de lecture : 2 min

Des chiffres et des lettres.

Nous pouvons enfin parler de l’impact environnemental des produits réconditionnés. Car oui, Back Market et son agence Marcel ont attendu deux ans – le temps que l’Agence française de l’environnement (Ademe) mesure et vérifie si l’impact environnemental des produits reconditonnés est réellement inférieur à celui des produits neufs – avant d’amener ce sujet tabou sur la table (et en 4×3). Une première dans le monde de la communication. « Sans chiffres officiels pour appuyer nos arguments, aucune régie, aucun réseau, aucune chaîne de télévision, n’acceptait de diffuser des messages qui challengeaient sur le terrain de l’écologie les Apple, Samsung, Huawei et plus globalement tous leurs grands clients high tech, il ne fallait pas les fâcher », déclare Sébastien Jauffret, directeur adjoint de Marcel.

Cette campagne d’affichage – déployée au cours du mois d’avril en France, en Allemagne et au Royaume-Uni – a pour but d’ouvrir les yeux au plus grand nombre : montrer qu’acheter un smartphone reconditionné est certes un petit geste, mais qu’il peut avoir un énorme impact sur la planète et ses ressources. La volonté de la marque est également d’opérer un changement de paradigme dans nos choix – et donc achats – d’équipement numérique.

High tech – Low impact : Quelques chiffres

Un smartphone reconditionné c’est 91% d’émissions de CO₂ en moins qu’un neuf.

Un nouveau téléphone produit 87,3 kg de CO2, tandis qu’un smartphone remis à neuf émet 7,35 kg de CO2. Il n’y a pas de triche, le processus de reconditionnement est inclus, de l’approvisionnement en pièces de rechange à la livraison.

Pour un smartphone remis à neuf, 259 kg de matières premières ne sont pas retirés.

Pour chaque nouveau smartphone fabriqué, c’est 281 kg de matières premières qui sont extraites (parmi elles l’or, l’argent, l’aluminium, le cuivre, le cobalt ou encore le chrome). Un montant beaucoup trop conséquent pour un si petit objet. À côté, les smartphones reconditionnés nécessitent beaucoup moins de matières premières (22,8 kg suffisent à remplacer une batterie et un écran) et permettent de réutiliser les ressources déjà utilisées.

Un smartphone remis à neuf permet d’économiser 68 800 litres d’eau.

Produire un nouveau smartphone nécessite environ 83 800 litres d’eau. En privilégiant les produits reconditionnés, 82% de l’eau peut être économisée, ce qui suffit à couvrir votre consommation d’eau pendant 94 ans, soit une économie de 2 litres d’eau par jour.

News Scan Book

Un brand center pour La Meuse

1

2

3

4

5

Précédent Suivant