Étude : Quel est l’intérêt des Français pour les NFT et les cryptomonnaies ?

Par Élodie C. le 21/03/2022

Temps de lecture : 4 min

La Gen Z et les Millennials aux avants-postes.

2021 a plus que jamais été l’année des cryptomonnaies, Bitcoin et Ethereum en tête, avec l’explosion des NFT et du metaverse, nouvelle terre promise pour les marques.

Mode, grande distribution, musique, luxe, GAFA, assurances ou encore cosmétiques, de nombreuses industries ont investi ces nouveaux univers où se retrouvent des communautés très actives. Mais qu’en pensent les Français ? Quels intérêts portent-ils à ces cryptomonnaies et quelle place entendent-ils leur faire dans leur quotidien ?

Dynata, « la plus grande plateforme de données au monde pour les insights, l’activation et la mesure », a interrogé plus de 11 000 consommateurs dans 11 pays (États-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Espagne, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Chine, Japon et Australie) pour son rapport « New Experience Economy ». Nous nous sommes particulièrement intéressés aux résultats pour le territoire français.

Ethereum, Solana, Dogecoin, Cardano, Tezos, etc., depuis la création du Bitcoin, de nombreuses autres cryptomonnaies — altcoins — ont fait leur apparition, et sont rattachées à différents projets et blockchains. Le profil des utilisateurs peut donc être très varié. En France, plus d’un Français sur 10 (13 %) a acheté ou investi dans le bitcoin ou une autre cryptomonnaie, un quart d’entre eux est issu de la Gen Z (moins de 25 ans) ou des Millennials (25-39 ans). Des populations qui sont déjà très présentes dans les univers virtuels où s’achètent et s’échangent NFT et autres monnaies virtuelles.

D’après l’étude 72 % des hommes de la génération Z (moins de 25 ans) se disent intéressés, voire « extrêmement » et « très intéressés », pour investir dans les NFT, cette nouvelle classe d’actifs basée sur l’art numérique. Ils sont 65 % des hommes de la génération Millennials (25-39 ans) vs 49 % des hommes de la génération X (40-55 ans). Chez les femmes, 59 % de celles de la génération Z, plus de la moitié des femmes Millenniales (58 %) et 26 % pour la génération X se disent intéressées par les NFT.

Un engouement réel qui ne peut que s’accentuer avec l’immission toujours plus importante des marques qui multiplient les collaborations et partenariats dans les univers virtuels. Ou qui sera freiné par la volatilité des cours des cryptomonnaies sur lesquels reposent ces jetons numériques non fongibles.

Le secteur des cryptomonnaies semble être majoritairement privilégiées par les hommes (40 % de la GenZ, 28 % des Millennials), même si les femmes ne se sont pas en reste et représentent déjà 15 % chez la Gen Z et 20 % des Millennials.

Qu’est-ce qui pourrait convaincre les consommateurs français de faire entrer les cryptomonnaies dans leur quotidien ? Pour l’instant, seuls 9 % des sondés français ont déjà utilisé une monnaie alternative ou une cryptomonnaie pour acheter quelque chose, avec toujours une part plus élevée du côté de la Gen Z et Millennials (vs les 0 % de la catégorie « baby boomer »). 

Le top 3 des achats réalisés avec de la crypto-monnaie ou une monnaie alternative :
– 27 % dans les cartes cadeaux [27 %] ;
– 24 % pour les vêtements, chaussures et/ou accessoires [24 %] ;
– 23 % pour des billets liés à des événements [23 %].

21 % des répondants s’en sont servis pour acquérir des NFT.

« De nombreux analystes pensent que les Français adopteront la cryptomonnaie lorsque les gens accepteront de percevoir leur salaire en cryptomonnaie », souligne l’étude. 43 % des interrogés se disent entre « extrêmement intéressés » à légèrement intéressés pour recevoir leur salaire sous cette forme vs 48 % qui ne le sont pas.

77 % des hommes français appartenant aux millennials [âgés de 25 et moins] sont intéressés voire « extrêmement » et « très intéressés » par la réception de leur salaire en crypto. « Au niveau mondial, les chiffres sont encore plus intéressants : 34 % des travailleurs chinois aimeraient recevoir leur salaire en crypto, 37 % des travailleurs américains sont d’accord avec eux et le Canada se hisse juste en dessous avec 32 % d’avis positif. »

Alors que l’Union européenne alerte les investisseurs en cryptomonnaies qu’ils risquent de tout perdre à cause de leur caractère « risquées » et « spéculatifs », à l’instar des économies placées sur des actions en Bourse par exemple, il est bon de rappeler l’existence des stablecoins, devises dont le cours est adossé à l’euro ou au dollar et qui rend la valeur de ces cryptomonnaies stable. 
 

News Scan Book

Un brand center pour La Meuse

1

2

3

4

5

Précédent Suivant