Ouch ! L’AACC fait le point sur la santé économique des agences

Par Alexandre D. le 24/01/2018

Les chiffres du premier observatoire économique de la com.

L’association des agences-conseil en communication a mené une étude après de 415 agences membres, identifiées comme significatives du marché des agences entre 2007 et 2015. Cette étude réalisée en collaboration avec l’Observatoire Com Media et Altares est fondée sur des données financières qui permettent d’analyser de manière objective l’impact des transformations auxquelles les agences ont été confrontées depuis 2007. Il y a 9 ans, l’iPhone venait tout juste de sortir et un peu plus de 50% des foyers Français disposaient d’Internet. En 2015, 58% des Français possèdent un smartphone et 84% des foyers ont un accès à Internet. La démocratisation de la technologie et de l’accès à l’information a donné naissance à de nouvelles formes de concurrences, d’outils, de technologies ou encore de métiers, qui ont amené les agences de communication à transformer leur modèle opérationnel et économique.

Aujourd’hui l’AACC fait état de cette transformation et le bilan est plutôt mitigé. L’observatoire indique qu’entre 2007 et 2015, la marge brute des agences a progressé de +26%, soit approximativement +2,9% par an en moyenne. Les coûts ont, eux, progressé de 30%, soit +3,5% par an en moyenne.

En matière d’exploitation, les agences facturent en moyenne 50 K€ par personne à temps plein (par ETP pour être précis). Mais la charge de travail a augmenté de 22%. Ce qui traduit une perte de rentabilité des agences. D’autant plus que la rémunération, elle, n’augmente pas alors que les attentes des annonceurs explosent. La profession se paupérise, sans pour autant s’ubériser à date.

AACC7

Alors que les agences réalisaient 8% de profits en 2007, elles n’en réalisent plus que 3% en 2015. Une perte de vitesse, qui potentiellement altère la capacité d’investissement des agences. De ce fait, elles peinent à se renouveler et les salaires y stagnent ce qui compromet leur capacité à attirer de jeunes talents. Cependant, l’émergence de nouveaux métiers et de nouveaux domaines d’expertises comme la data ou l’IA a fait augmenter les effectifs ainsi que la productivité.

Selon l’AACC, « l’intensification de la concurrence entre les annonceurs fait de la communication un outil encore plus crucial qu’auparavant. La fragilisation des agences met en péril le futur des annonceurs ». C’est fort de ce constat que l’association souhaite créer avec les annonceurs « les nouvelles conditions d’une croissance partagée ».

AACC2

AACC3

AACC4

AACC5

AACC6

News Scan Book

BlaBlaCar : partout où il y a une route

1

2

3

4

5

Précédent Suivant