Les 3 qualités d’un bon influencer manager selon Sandrine Plasseraud (We Are Social)

Par Élodie C. le 19/10/2020 - Agence : We Are Social

Temps de lecture : 4 min

Ce qui fera la différence lors d'un recrutement d'un influencer manager.

Avec notre nouvelle rubrique Les experts métier, nous donnons la parole à des dirigeant(e)s et managers pour qu’ils nous révèlent ce qui permet d’identifier lors d’une candidature le ou la candidat(e) idéal(e). Quelles sont les qualités à rechercher en priorité chez quelqu’un pour un poste donné ? Et une fois le recrutement terminé, comment s’assurer que le ou la professionnel(le) conserve ou progresse sur ces points ?

Intéressons-nous aujourd’hui au métier d’influencer manager avec Sandrine Plasseraud, fondatrice et présidente de We Are Social France.

Quelles sont les 3 qualités d’un bon influencer manager ? C’est-à-dire celles à déceler au moment de recruter ou à favoriser au sein d’une équipe ?

1. Être passionné.e

Le milieu de l’influence est rempli de créateurs passionnés qui émergent tous les jours avec des nouveaux formats, sur des nouveaux réseaux et avec de nouvelles idées. Il existe des outils pour faire de la veille, identifier des influenceurs, mais ses outils principaux : ce sont la passion et la curiosité. 
 
Passer des heures à scroller son feed Instagram, parcourir des quantités de stories, dérouler des TikTok, visionner des heures de vidéos sur YouTube font partie du quotidien, mais pas que ! Les créateurs sont actifs du soir au matin, mais aussi pendant les week-ends et les vacances. 
 
Il faut être sacrément passionné pour accepter la porosité entre le monde du travail et le monde personnel. Ce n’est pas une demande spécifiée, mais faire l’impasse sur cette implication, c’est accepter de se laisser dépasser par les autres et être moins pertinent dans ses recommandations pour ses clients. Une campagne d’influence peut prendre tout sens lorsqu’on rebondit sur l’unique mention d’une passion par un créateur dans un podcast hors de ses réseaux. 
 
Comment progresser sur ce point en tant qu’influencer manager : 
Se nourrir des autres est primordial, les différentes personnes autour de nous possèdent des passions et donc suivent des influenceurs en relation qui peuvent être utiles. Sans compter, s’abonner aux influenceurs, consulter ses réseaux régulièrement, lire la presse grand public et spécialisée, regarder, regarder et regarder. C’est se mettre dans un état d’éponge pour agrandir sa curiosité. 

2. Faire preuve d’empathie

C’est peut-être un des métiers les plus humains. À l’instar des RP, l’influence se doit de s’adapter et d’anticiper les tempéraments. C’est ainsi qu’on peut se permettre de comprendre l’autre et d’envisager une collaboration avec cette personne. 
 
Les créateurs ne sont pas tous aussi professionnalisés que nous et nous nous devons de les accompagner dans le processus afin de répondre aux attentes des annonceurs, mais aussi des créateurs. L’influencer manager est le maillon fort d’une campagne d’influence, car il est la personne qui adapte et trouve des solutions pour contenter tout le monde. 
 
L’empathie est de fait un des points clés de nos métiers de communicant, mais lorsqu’on se retrouve face à une jeune fille qui vient de lancer sa chaîne YouTube ou un ancien juriste qui arrive sur Instagram, la parole est un levier principal pour arriver à ses fins. 
 
C’est aussi ainsi qu’on arrive à se projeter dans une campagne pour identifier le bon talent. Les cibles ne nous correspondent pas toujours personnellement, mais il faut quand même arriver à comprendre ce qu’elle attend et comment elle réagit face à ses leaders d’opinion. Voilà comment une campagne devient pertinente et le pouvoir de prescription des influenceurs est activé. 
 
Comment progresser sur ce point en tant qu’influencer manager :
Comme pour le premier point, la curiosité est nécessaire pour faire ce métier et développer son expertise. Il faut aller chercher à comprendre les motivations des influenceurs. Chaque personne possède des clés qui font qu’elle est qui elle est et c’est en creusant, en se renseignant, qu’on arrive à rentrer en cohésion. 
 
Lors d’une identification, penser à mettre sa casquette de détective, et partir à la recherche du moindre petit indice qui permet de définir la personnalité d’un influenceur. Cela peut devenir un jeu et rendre ludique son approche du travail. 

3. Savoir rebondir, être agile

Au cours d’une campagne d’influence, tout peut se produire : un coup de déprime, un voyage annulé, un sac oublié dans un restaurant, une vue imprévue qui permet un contenu non anticipé (que des histoires vécues à l’agence) et tout peut faire basculer son organisation. 
 
C’est en restant à l’écoute de chacun, en ayant une vision globale sur ce qu’il se passe, que l’influencer manager peut rebondir et résoudre des situations. Il y a un petit côté Mary Poppins qui dort en lui. 
 
Tout comme l’univers dans lequel on évolue : le social media. Les plateformes se mettent à jour tout le temps et c’est en saisissant les opportunités qu’elle nous donne qu’on peut rendre une campagne plus impactante et pertinente.
 
Comment progresser sur ce point en tant qu’influencer manager :
Toujours avoir un coup d’avance : doubler son identification, prévoir un plan B si on voyage, faire de la veille social media pour être prêt à enclencher la nouvelle fonctionnalité créée par Instagram…
 
Regorger d’applications de services sur son téléphone : Uber, Glovo, Prime Now, SNCF Direct, CityMapper, Snapseed (pour retoucher des photos ou cropper une vidéo). Ça peut toujours servir ! 

Cette interview vous a-t-elle donné les clés pour recruter un(e) influencer manager ?

Publiez dès maintenant une offre sur la Réclame Emploi !

News Scan Book

Le calendrier de l’avent sexy avec AMORELIE

1

2

3

4

5

Précédent Suivant