Une marque transforme la pollution de l’air en peinture

Par Aude M. le 26/08/2016

Faites couler beaucoup d'encre.

Tiger Beer en collaboration avec l’agence Marcel Sydney et Graviky Labs, ont imaginé « Air Ink » : un nouveau concept qui utilise la pollution de l’air pour créer de l’encre. « Les rues ne sont pas seulement l’endroit idéal pour boire Tiger, elles sont aussi le lieu où la créativité, les idées et la passion sont nées », explique Mie-Leng Wong, directeur des marques internationales chez Tiger Beer. Pour le prouver, la marque a lancé un projet de création ambitieux qui réunit des artistes pour sensibiliser sur la pollution de l’air.

Ce projet, nommé « Air Ink » présente des stylos, peintures à huile et aérosols comprenant de l’encre à base de carbone suie. L’air pollué est capturé, purifié et réutilisé afin d’être transformé en encre. Anirudh Sharma, fondateur de Graviky Labs et son équipe, ont créé une série d’outils qui se fixent à des émetteurs de pollution. Une fois en place, le dispositif capture le carbone brut et la suie qui pourraient s’échapper dans l’air. L’encre Air Ink a été testé à Hong Kong – connu pour sa forte pollution – et mit dans les mains de 9 artistes locaux. Chacun d’entre eux a été invité à peindre avec cette encre des fresques géantes d’art urbain. Cette technologie pourrait être adaptée à tous les véhicules et permettra d’assainir l’air en Asie. Air Ink n’est pas à vendre mais Tiger Beer et Graviky Labs souhaitent créer encore plus de produits lors de leurs futurs projets.

Avec Air Ink, Tiger Beer renforce son positionnement de marque créatif et prouve qu’elle est prête à impliquer sa communauté.

1-air-ink-hed-2016

air 160728112628-air-ink-caratoes-super-169

Crédits

News Scan Book

Prospective 2020
Bouchara, décocorico !
À l’heure du lait

1

2

3

4

5

Précédent Suivant