Où en est l’e-mailing ? L’étude d’Adobe

Par Thibault D. le 31/08/2017

Spoiler : Le public préfère les e-mails informatifs plutôt que commerciaux.

Adobe vient de publier l’édition 2017 de son étude annuelle en matière d’emailing vers les consommateurs. Réalisée sur le marché américain, elle montre que les internautes passent toujours beaucoup de temps à lire leurs emails mais leurs revendications se font de plus en plus précises. Il est important pour les marques de bien en tenir compte.

En 2017, les gens ont ainsi passé 5,4 heures par jour sur leurs boîtes emails (professionnelles ou personnelles). Soit une baisse de 27% par rapport à l’année 2016.

etude-adobe-emailing-1

Les internautes consultent moins leurs emails depuis leur domicile (-28% depuis 2016). Près d’une personne sur cinq ne vérifie jamais ses emails en dehors des horaires de bureau et la moitié de cette population ne touche pas à sa messagerie (ou presque) pendant les vacances.

Pour Adobe, ces tendances passent pour une « évolution positive » en matière d’emailing. Elles montrent que le consommateur s’habitue à la vitesse de communication des marques et à consulter sa messagerie plus rapidement. Ils parviennent même à mieux s’organiser et à définir des plages horaires strictes et régulières pour le faire.

Moins d’emails pour une meilleure qualité de contenu

Cette étude souligne que les emails sont toujours le moyen de communication favoris des consommateurs pour dialoguer ou être informés par les marques. 61% des personnes interrogées déclarent ainsi préférer recevoir des offres par mail plutôt que tout autre moyen de communication (comme les apps mobiles, les pages de marque sur les réseaux sociaux, les appels téléphoniques ou les chat bots).

etude-emailing-adobe

Toutefois, si les internautes sont encore enclins à lire des emails, ils ne veulent pas en recevoir trop souvent de la même personne. 50% des consommateurs se disent gênées lorsque le rythme d’envoi d’une adresse devient excessif. La plupart n’hésite plus à utiliser les fonctionnalités de liste noire des messageries en guise de punition.

Les consommateurs savent définir leurs attentes

De même, le contenu des emails doit être satisfaisant, et les destinataires savent de mieux en mieux exprimer leurs attentes.

D’après Adobe, 34% des consommateurs se disent frustrés lorsque des marques font la promotion d’objets qui ne correspondent pas à leurs intérêts. Ce qui valorise les solutions d’emailing intelligentes basées sur le profilage et la qualification des contacts.

40% des consommateurs souhaitent que les emails envoyés par des marques soient moins promotionnels et plus informatifs. Si l’on fait découvrir un produit, mieux vaut donc le faire en tenant compte des informations susceptibles d’intéresser le destinataire du mail, plutôt que sous couvert d’une campagne généralisée.

Enfin, 21% des personnes qui consultent leurs messageries sur des terminaux mobiles se disent très dérangés par le manque d’optimisation des campagnes d’emailing lancées par les marques. Un point rappelant l’importance de prendre en compte l’usage de plus en plus prononcés des technologies mobiles par le public (comme le précisait il y a peu comScore dans une étude).

News Scan Book

The Race d’EDF
L’histoire du logo Paris 2024

1

2

3

4

5

Précédent Suivant