Les trottinettes électriques se savent détestées… voici leur riposte

Par Jules S. le 25/06/2019

Lime, Dott et Circ assument au même moment.

Cela partait pourtant d’une bonne intention. Une situation environnementale alarmante, trop de pollution sonore, énormément de véhicules à moteur thermique… Les trottinettes électriques étaient LA solution à un monde plus frais où les gens seraient plus épanouis. Pour une simple et bonne raison : elles leur permettaient d’éviter la ligne 13 du métro parisien. Mais malheureusement, le constat n’est pas si positif. Les trottinettes électriques sont de plus en plus présentes et de moins en moins aimées. Motif, le comportement irrespectueux d’un grand nombre d’utilisateurs roulant sur les trottoirs à plus de 20 km/h, causant quelques accidents au passage et se garant n’importe où. Pour ces nouvelles startups spécialisées dans le transport électrique, il devient difficile de communiquer sur les services qu’elles proposent. En effet, quel ton adopter pour gagner la confiance de nouveaux utilisateurs face à l’opinion publique plutôt défavorable ?

Alors que la situation à Paris est de plus en plus tendue et que les mesures anti-trottinettes se multiplient, Lime, leader français, veut montrer l’exemple et se positionne comme un acteur de la mobilité urbaine mature et responsable.

« Trottinette de m** », « ras le c** des trottinettes », « Ils me font c** avec leurs trottinettes »… Qui n’a jamais entendu ces exaspérations l’encontre de ces nouveaux véhicules ? C’est en disant tout haut ce que certains pensent tout bas que Lime veut provoquer une véritable prise de conscience auprès de ses utilisateurs et les encourager à mieux se comporter en trottinettes. La marque imagine une campagne d’affichage aux côtés de son agence .

De son côté, la marque Dott est allée à la rencontre des Parisiens pour leur demander leur avis sur les trottinettes. « Il faut l’avouer, certains utilisateurs et certains opérateurs font n’importe quoi avec les trottinettes. Et quand on creuse, on se rend compte que les haters ne détestent pas l’objet en soi, mais plutôt les mauvais comportements des utilisateurs ou des opérateurs. Du coup si on arrive à mettre les haters sur nos trottinettes, on est sûr qu’ils seront des conducteurs responsables. Finalement, les haters sont nos meilleurs alliés » a-t-elle déclaré.

Imaginée par l’agence , la campagne #WelcomeHaters est très simple : convaincre les détracteurs que s’ils souhaitent du changement, c’est à eux de prendre les devants et de devenir les utilisateurs numéro 1 des trottinettes Dott.

Quant à elle, la marque Circ (anciennement Flash), leader européen des trottinettes électriques en libre-service, dévoile sa campagne de publicité en répondant aux affiches de la compagnie Lime. Son but est d’affirmer ses valeurs et se présenter comme le seul acteur responsable du secteur de la micro-mobilité.

À travers une campagne d’affichage visuellement proche de celle imaginée par Buzzman, la marque démontre qu’un service de mobilité partagée responsable est possible et répond aux interrogations légitimes des usagers et des non-usagers.

News Scan Book

La nouvelle identité de Mövenpick
Cahier de tendances : L'influence

1

2

3

4

5

Précédent Suivant